Ultimate magazine theme for WordPress.

Sonko et Barth piègent Macky Sall…avec l’aide de

1

Le Sénégal vit des heures de tension à deux mois des élections locales. L’opposition hausse le ton avec le procès en appel de Barthélémy Dias finalement renvoyé au 1er décembre…malgré cela, les opposants maintiennent la pression et s’opposent aux forces de l’ordre dans les rues…de la pure provocation. Une stratégie conçue et voulue par l’opposition pour jeter l’opprobre sur le pouvoir. Et pour cela, l’opposition s’est engouffrée dans la brèche ouverte par la justice

Salir au maximum le régime de Macky Sall avant les Locales…une stratégie politique qui a payé hier après le renvoi du procès en appel de Barthélémy Dias. Khalifa Sall qui cherchait à envenimer la situation, a semé les germes de la violence : « c’est fait sciemment, c’est politique, personne ne nous fera croire le contraire. Et nous continuerons à nous battre pour faire pour que cette manipulation et cette ignominie ne puisse pas prospérer ».

Sonko et Barthélémy Dias de leur côté cherchaient à provoquer les forces de l’ordre. Dans une colère noire, le leader de Pastef a failli en venir aux mains avec le chef de la Gendarmerie. Il a fallu l’intervention de ses hommes, qui l’ont éloigné de la foule, non sans la résistance de Sonko. De son côté, Barthélémy Dias a foncé sur les gendarmes cherchant l’affrontement comme nous le montre la photo ci-dessous (capture d’écran)…Ils ont été arrêtés puis relâchés.

barth

Maintenant ce ne sont plus les forces de sécurité qui essaient de disperser la foule mais c’est la foule qui fonce sur la ligne de sécurité des forces de défense. Cette foule composée des sympathisants de Barthélémy et des militants de Pastef (parti des Patriotes du Sénégal pour le travail, l’éthique et la fraternité) a cherché la provocation en vain. Les éléments de la gendarmerie ne sont pas tombés dans le piège en dehors des échauffourées sur la VDN et à la Médina. Par contre la justice a offert aux opposants le strapontin pour toucher en plein cœur, le pouvoir de Macky Sall.

Sachant que les carottes sont cuites avec le rejet de plusieurs listes, la coalition Yewwi Askan Wi cherchent à rendre impossible l’organisation des élections Locales à Dakar. L’absence de préparation et le manque de moyens ont fragilisé les flancs de l’opposition. Et pour se refaire une santé politique sur le terrain, cette opposition veut utiliser les failles de Macky Sall pour l’affaiblir. La justice ouvre le procès en appel de Barth…Pour l’opposition c’est une aubaine pour créer des troubles…et accuser Macky Sall de dictateur.

Et l’opposition ne relâchera pas la pression jusqu’à la veille des élections locales. Une stratégie de récupération de l’électorat indécis. Sonko et Barth vont provoquer les forces de l’ordre et se positionner comme des victimes de Macky Sall pour retourner tout en leur faveur en cas de ballottage. Le président Macky Sall est tombé indirectement dans le piège de l’opposition sans le vouloir…avec l’aide de la justice qui n’a fait que suivre son calendrier ; mais il fallait compter avec la stratégie machiavélique de l’opposition radicale…

La Rédaction de xibaaru.

Afficher les commentaires (1)