Ultimate magazine theme for WordPress.

Madou Mbassa Sarr écrit au Président sur la Stratégie Nationale Portuaire du Sénégal

0

Lettre ouverte au Président de la République sur la Stratégie Nationale Portuaire du Sénégal (SNPS)

Excellence Monsieur le Président de la République,

Lors du Conseil des ministres du 12 août 2020, vous rappeliez  la mise en œuvre cohérente et efficiente de la Stratégie Nationale portuaire. Vous aviez, à ce titre, demandé au gouvernement de finaliser les négociations relatives à la réalisation du nouveau port en eaux profondes de Ndayane (dont la pose de la première pierre fut effective le 03 janvier 2022).
Vous aviez, dans cette dynamique, demandé au Ministre des pêches et de l’Economie maritime, de veiller au fonctionnement optimal du Port de Foundiougne – Ndakhonga. Vous l’aviez aussi invité à intensifier la supervision des travaux du Port minéralier et vraquier de Bargny-Sendou et à engager, avec le Ministre des Finances et du Budget, le processus urgent de règlement définitif des impenses dues aux personnes officiellement recensées sur le site du projet. Ces instructions nous plongent dans votre vision d’un Sénégal Emergent, une vision qui réside dans votre engagement à faire de notre pays un pôle d’attraction des investissements (nationaux et étrangers), à diversifier et accélérer, durablement et harmonieusement sa croissance économique et à faciliter son intégration avec succès dans l’économie mondiale grâce à sa capacité d’exportation et à la qualité de ses réformes. C’est cette vision dont nous partageons la passion, qui nous empêche de nous taire face aux enjeux que suscite l’élaboration d’une stratégie nationale portuaire pour notre pays le Sénégal. Vous comprendrez, dès lors, à travers cette lettre ouverte, que mes premiers mots soient d’exprimer toutes mes félicitations et d’affirmer tout mon engagement à vos côtés, dans votre volonté manifeste de doter notre pays d’une politique portuaire digne de ses potentialités identifiées dans plusieurs secteurs. C’est cet engagement qui me vaut, aujourd’hui, l’audace de vous présenter ma contribution sur l’élaboration de la stratégie nationale portuaire.

Excellence Monsieur le Président de la République, la communauté portuaire et moi-même partageons une haute conscience des éminentes missions de l’Agence Nationale des Affaires Maritimes (ANAM) et de celles de notre tutelle commune le Ministère des Pêches et de l’Economie Maritime. De là découle notre souhait ardent et sincère de la bonne exécution du projet d’élaboration de la Stratégie Nationale Portuaire (SNP). Cette haute conscience de leurs responsabilités, mais aussi des nôtres, nous impose en tant qu’acteurs portuaires, un devoir de partage, de transparence, de vérité et d’ouverture, pour éviter tous les écueils. C’est un devoir que nous remplirons, à chaque fois que de besoin, dans le respect des lois et règlements.

I : La Stratégie Nationale Portuaire: les enjeux

Dans son Plan National de Développement (PND), le gouvernement togolais envisage de lancer une transformation profonde du Port de Lomé, solide leader dans le Golfe de Guinée et en Atlantique Sud avec 1,2 millions de conteneurs en 2018 contre 380 000 EVP (équivalent vingt pieds) en 2014 et qui ambitionne de porter son trafic à 4 millions de conteneurs. Au même moment, son voisin le Ghana, avec le programme de modernisation du port de Tema, où s’opèrent 70 % des échanges commerciaux du pays, va accroître ses capacités à 3,5 millions de conteneurs EVP, propulsant le port ghanéen, par lequel ont transité 800 000 conteneurs en 2014, aux tout premiers rangs du golfe de Guinée. Quant à la Cote d’Ivoire, le gouvernement a injecté 1125 milliards sur le port d’Abidjan pour conserver son rang de premier port de la côte oust-africaine. Cela a permis notamment, l’approfondissement et l’élargissement du canal de Vridi, la construction d’un nouveau terminal RORO, la construction d’un second terminal à conteneurs, la construction d’un nouveau terminal céréalier et la modernisation du terminal minéralier. Chez nous, le Port Autonome de Dakar ne parvient pas à atteindre la barre des 700 000 EVP.

Aujourd’hui, l’Etat est entrain de dérouler plusieurs stratégies sectorielles nationales :

  • Stratégie nationale de développement durable, dont l’objectif  est de créer un environnement favorable à la conciliation entre l’exigence d’une croissance forte et soutenue et la préservation des équilibres écologiques, sociaux et territoriaux ;
  • Stratégie Sénégal numérique 2025 pour servir de catalyseur à la modernisation de l’économie et à l’amélioration de la compétitivité ;
  • Stratégie Nationale de Développement Economique et Social (SNDES) dont l’ambition est d’obtenir des niveaux de croissance économique apte à lisser ou amortir les chocs exogènes et inscrire le développement du Sénégal dans une perspective durable ;
  • Programme National d’Investissement Agricole pour la Sécurité Alimentaire et la Nutrition, qui veut promouvoir « un secteur agro-sylvo-pastoral et halieutique, garant d’une sécurité alimentaire et nutritionnelle et moteur de l’émergence socioéconomique durable du pays à l’horizon 2025 » ;
  • Plan Stratégique de Développement Durable  du Tourisme au Sénégal qui a pour vision : « Le Sénégal ambitionne de promouvoir un tourisme éthique, responsable, compétitif et contribuant durablement à son émergence économique » ;
  • Programme d’Accélération de la Cadence de l’Agriculture Sénégalaise dont la finalité est de « construire une agriculture compétitive, diversifiée et durable » ;
  •  Lettre de politique sectorielle de développement de la pêche et de l’aquaculture (LPSDPA) qui a pour vision de faire de la faire de la pêche « Un secteur, moteur durable de croissance et d’inclusion sociale tout en assurant l’alimentation de la population, en 2023 » ;
  • Plan National d’Aménagement et de Développement Territorial (PNADT) avec comme objectif global de promouvoir le développement du Sénégal à partir de ses territoires par une bonne structuration de l’espace et une valorisation durable des ressources et potentialités des territoires ;
  • Acte III de la décentralisation dont l’objectif est d’organiser le Sénégal « en territoires viables, compétitifs et porteurs de développement durable » ;
  • Stratégie de Développement des Exportations dont la vision est de faire des exportations le levier clé du développement économique et social durable du Sénégal.
  • Stratégie Nationale de Protection Sociale dont l’objectif est de construire un système de protection sociale accessible à toutes les Sénégalaises et à tous les Sénégalais, fournissant à chacun(e) un revenu minimum garanti et une couverture maladie, mais aussi un filet de sécurité global assurant la résilience à tous ceux qui souffrent des chocs et des crises qui peuvent les faire basculer dans la pauvreté.

En tenant compte des stratégies de nos concurrents (évoquées plus haut) et du processus de régionalisation avancée, avec la vision 2020 de la CEDEAO, qui établit des objectifs stratégiques pour une région sans frontières, un développement durable, la paix et la bonne gouvernance, l’intégration dans le marché mondial ainsi que le passage d’une « CEDEAO des Etats » à une « CEDEAO des peuples » ; de la Stratégie africaine intégrée pour les mers et les océans à l’horizon 2050 (Stratégie AIM 2050) qui vise à favoriser la création d’une plus grande richesse des océans et des mers d’Afrique en développant une économie bleue florissante, durable, sécurisée et respectueuse de l’environnement, nous pouvons dire que le Sénégal a vraiment besoin d’une vision du développement de ses ports.

Ainsi, Excellence Monsieur le Président de la République, avec le concours de toutes nos politiques sectorielles, la stratégie nationale portuaire du Sénégal doit poursuivre un objectif clair de conquête de parts de marché. Cet objectif de croissance des parts de marché doit être défini également sur la base des résultats des projections de fret des ports actuels et futurs. Cette conquête des trafics passera principalement par les deux principaux points d’entrée maritime que sont le Port multifonctions de Ndayane et le Port privé de Bargny-Sendou. Ils représenteront l’actif national stratégique portuaire, tant pour l’économie logistique et industrielle du Sénégal que pour la souveraineté nationale en matière d’approvisionnement. Ils devront s’imposer sur les filières traditionnelles qui constituent le socle de l’économie mondiale, telles que le conteneur, le roulier, le vrac et les produits chimiques. Ils devront aussi se positionner sur les filières d’avenir en attirant de nouvelles activités qui constitueront des relais de croissance aux filières traditionnelles telles que les énergies renouvelables, l’écologie industrielle, le stockage et la fourniture de carburants alternatifs, tout en continuant à développer les activités logistiques. Les ports autonomes régionaux, par lesquels passeront la majorité du trafic domestique, de croisière et l’export de la production des territoires, auront un rôle décisif dans l’économie régionale. Ils seront donc des instruments de souveraineté essentiels pour les collectivités territoriales. A cet effet, la SNP pourra permettre aux ports d’apporter des réponses de court terme à : l’évolution des schémas économiques marquée par la concentration des alliances maritimes, l’intégration verticale des chaînes logistiques par un nombre d’opérateurs de plus en plus réduit, mais aussi par les effets de la crise sanitaire sur la mondialisation des échanges ; la transition écologique, dans la perspective d’une économie décarbonée des transports à l’horizon 2050, alors que près de 50 % des trafics totaux des grands ports maritimes sont encore constitués d’hydrocarbures et de charbon ; la digitalisation des chaînes logistiques qui devient un élément déterminant du service portuaire et de la compétitivité des ports.

Excellence Monsieur le Président de la République, les risques et les opportunités liés à ces transformations rendent indispensable l’évolution du modèle actuel « Port Autonome/Port Secondaire » vers un modèle « Grand Port Maritime/Port Autonome Régional ». La gouvernance des Grands Ports Maritimes sera identique à la gouvernance actuelle du Port Autonome de Dakar. Au terme de la délocalisation des activités du PAD à Ndayane, le Sénégal aura donc deux grands ports maritimes, dont un port privé et des ports autonomes régionaux à Kaolack, Ziguinchor, Dakar, Saint-Louis et Fatick

Par ailleurs, la stratégie nationale portuaire doit être élaborée pour être évolutive, c’est-à-dire pour s’adapter aux changements économiques, numériques et géopolitiques à venir, parfois rapides. Elle doit donner une vision à 20 ans au lieu à 10 ans du cap que suivront les autorités portuaires, les acteurs des places portuaires ainsi que les différents services de l’Etat qui concourent à la performance du passage portuaire.

II : La Stratégie Nationale Portuaire : la gouvernance

  • cadre législatif 

Les ports jouent un rôle primordial dans l’économie nationale et dans les échanges commerciaux de notre pays, dont la quasi-totalité emprunte la voie maritime. Ils sont l’un des principaux outils industriels et commerciaux pour le développèrent économique et social du pays. Le secteur portuaire doit alors s’adapter, d’une part, aux mutations socio-économiques caractérisées par des exigences de développements internes au pays, par des engagements du pays dans des accords internationaux et par les nouveaux contextes de la mondialisation et de la globalisation du commerce et, d’autre part, aux nouvelles contraintes et évolutions économiques, institutionnelles, technologiques et environnementales du transport maritime.

Pour mieux répondre à ces impératifs nationaux et internationaux, Excellence Monsieur le Président de la République, une refonte du mode de gestion et d’organisation du secteur portuaire est nécessaire. II est devenu essentiel de doter le secteur portuaire d’un cadre législatif (une loi relative aux ports), adapté aux évolutions futures, en harmonie avec les traités et les différents accords auxquels le Sénégal souscrit, à même d’encourager les initiatives privées et de mettre les exploitants et opérateurs portuaires en situation concurrentielle. De ce point de vue, la loi pourrait se fixer comme objectifs, entre autres, de :

– définir les modes de gestion et d’exploitation des ports;

– doter les organismes qui auront à assurer les activités portuaires de la souplesse nécessaire à une gestion efficace et efficiente ;

– doter les ports de moyens nécessaires pour accroitre et améliorer leur compétitivité, leur productivité et efficacité ;

– doter les opérateurs économiques en infrastructures et en équipements performants ;

– encourager et développer l’intervention progressive du secteur privé dans la construction et l’exploitation portuaire.

Aussi, la loi aura pour objet, outre de fixer le statut juridique des ports ; de créer  l’Agence Nationale des Ports du Sénégal, chargée principalement de missions d’autorité  et qui exercera ses attributions sur l’ensemble des ports, à l’exception du port privé de Bargny-Sendou.

  1. l’Agence Nationale des Ports du Sénégal (ANPS)

Le Sénégal possède, sur une longueur de côte de 700 km environ, des possibilités de pénétration par voies d’eau navigables. Sur chacune de ces voies d’eau, est implanté un port :

  • Saint-Louis (port fluvial) ;
  • Dakar (port maritime) ;
  • Kaolack (port fluviomaritime) et ses annexes : Lyndiane pour le traitement du trafic des dérivés de l’arachide (Huiles et tourteaux) et de Diorhane (Salins) pour l’exportation du sel
  • Ziguinchor (sur le Fleuve Casamance) et son escale (Carabane) 
  • Fatick (Foundiougne-Ndakhonga) : port fluviomaritime ;
  • Port maritime minéralier de Bargny-Sindou ;
  • Port maritime multifonctions de Ndayane

En créant l’ANPS, l’Etat visera à explorer les possibilités de création de nouveaux ports, tout en donnant aux ports actuels leur rôle essentiel de plateforme plurimodale destinée à favoriser les modes de déplacements alternatifs à la route (transport ferroviaire ou fluvial, pour le transit des marchandises et de passagers). L’ANPS aura pour principale mission de conférer aux ports un rôle essentiel de pôles de développement économique et social, régional et national, dans le cadre du concept de port de nouvelle génération. Conformément à la vision de la CNUCED, les ports, en plus de la manutention, pourront et devront offrir d’autres services à valeur ajoutée tels que l’entreposage, l’emballage et la distribution qui génèrent des revenus et des emplois supplémentaires à la communauté portuaire. Ces ports, à l’exception du Port de Bargny-Sindou , pourront être séparés physiquement, mais liés par des opérateurs communs ou à travers une administration commune, afin de jouer un rôle pivot dans la croissance économique et le développement au cours du millénaire en cours. La mise en place de l’ANPS permettra d’atteindre cet objectif.

L’ANPS sera rattachée au Secrétariat Général de la Présidence de la République et placée sous la tutelle financière du Ministère chargé des finances. Elle aura pour missions, entre autres :

  • d’assurer le développement, la maintenance ct la modernisation des ports pour traiter, dans les meilleures conditions de gestion, de coût, de délai et de sécurité, les navires et les marchandises transitant par les ports, excluant en conséquence le Port privé de Bargny-Sendou ;
  • de planifier le développement des capacités des ports, de programmer et d’assurer le suivi de la mise en œuvre des investissements relatifs aux constructions, à la réhabilitation et à l’entretien des infrastructures portuaires et escales ;
  • de veiller à l’optimisation de l’utilisation de l’outil portuaire par l’amélioration de la compétitivité des ports, la simplification des procédures et des modes d’organisation et de fonctionnement ;
  • de veiller au libre jeu de la concurrence ;
  • d’arrêter la liste des activités à exploiter et le nombre d’autorisations et de concessions à accorder dans chaque port ;
  • de veiller aux modes d’exploitation et de gestion portuaires prévues par la législation et la règlementation en vigueur ;
  • de suivre les tarifs portuaires et de faire l’analyse des comptes et budgets de concessions ;
  • de définir les régimes de transferts et les conditions d’exercice des services publics au niveau des ports ;
  • de mettre en œuvre, de suivre, de contrôler et d’évaluer les dispositifs de sécurité et de sûreté des installations portuaires ;
  • de mettre en œuvre la politique de l’Etat en matière de création, de développement et de maintenance de nouveaux ports ;
  • d’exercer le contrôle de l’application des dispositions législatives et d’autres textes relatifs au fonctionnement des ports.
  • Organisation des ports autonomes régionaux

Les ports autonomes régionaux auront chacun un Conseil d’Administration (CA) et une Direction Générale chargée de sa gestion.

Le CA sera composé de neuf représentants de l’Etat, six représentants des collectivités territoriales, trois représentants de la chambre consulaire et un représentant du personnel.

Les représentants de l’Etat au Conseil d’Administration seront :

  • Le gouverneur de la région du siège du port ou son suppléant, qu’il désignera à titre permanent ;
  • Un représentant du ministre des pêches et de l’économie maritime ;
  • Un représentant du ministre chargé de l’environnement ;
  • Un représentant du ministre chargé de l’économie ;
  • Un représentant du ministre chargé des finances et du budget ;
  • Un représentant de l’ANAM ;
  • Un représentant de l’ANPS ;
  • Un représentant du ministre chargé du tourisme ;
  • Un représentant du ministre chargé des transports terrestres ;
  • Un membre de chaque conseil départemental de la région dans laquelle se trouve le siège du port, désigné par ce conseil ;
  • Un membre de chaque conseil municipal de la commune chef lieu de département de la région dans laquelle se trouve le siège du port, désigné par ce conseil ;
  • Trois membres désignés par la chambre régionale de commerce, d’industrie et de services de la circonscription du port ;
  • Un membre représentant les salariés du port autonome, désigné par le syndicat le plus représentatif.

Un comité de suivi de la stratégie nationale portuaire, en lien avec le secrétariat général de la Présidence pourrait être institué. Ce comité aura pour mission de dresser périodiquement un bilan des actions mises en œuvre et d’échanger sur les enjeux à venir afin d’adapter si nécessaire les objectifs stratégiques et les actions prioritaires à mener.

Par Madou Mbassa SARR, Secrétaire Administratif du Syndicat Autonome des Travailleurs du Port Autonome de Dakar (SATPAD), cadre portuaire, titulaire d’un master en GRH, de deux Certificats : ‘’Gestion moderne des ports’’ et ‘’Développer la résilience des ports face aux pandémies’’, délivrés par la CNUCED. 

laissez un commentaire