Ultimate magazine theme for WordPress.

Manif sanglante à Lagos…plusieurs morts dans les rues

0

A Lagos, la répression d’une manifestation fait plusieurs morts

Plus de 1000 manifestants rassemblés à Lagos ont été dispersés mardi soir par de «nombreux» tirs des forces de l’ordre, après l’entrée en vigueur d’un couvre-feu total.

La répression des forces de l’ordre sur plus de 1000 manifestants rassemblés à Lagos, la capitale économique du Nigeria, a fait plusieurs morts, selon Amnesty International, et de nombreux blessés par balles, selon les témoignages recueillis sur place par l’AFP.

«Plusieurs manifestants ont été tués, on cherche à savoir exactement combien», a déclaré à l’AFP Isa Sanusi, porte-parole de l’ONG. De nombreux blessés étaient acheminés dans plusieurs hôpitaux privés de la ville qui avaient ouvert leurs portes aux manifestants.

lagos

«J’ai deux personnes avec moi dans ma voiture, une femme et un homme, dans un état critique», a déclaré à l’AFP Innocent A., l’un des participants à la manifestation. «J’ai déjà déposé deux personnes à l’hôpital Lagoon (à Ikoyi), l’un était blessé par balles dans le dos, et l’autre à l’estomac», a-t-il expliqué. «Ce sont les quatre personnes dont j’ai pu m’occuper, le reste je ne sais pas.»

Plus de 1000 manifestants rassemblés pacifiquement sur un péage à Lagos, capitale économique du Nigeria, ont été dispersés mardi soir par de «nombreux» tirs, après l’entrée en vigueur d’un couvre-feu total pour tenter d’éteindre un mouvement populaire qui ne cesse de s’étendre à travers le pays.

«Assis pacifiquement»

«Tous les manifestants étaient assis pacifiquement, et à la nuit tombée les lumières de l’éclairage public et des panneaux publicitaires se sont éteints d’un coup», raconte Toye, une manifestante de 32 ans. «Tout le monde a crié et des hommes sont arrivés et ont commencé à tirer et tout le monde a couru pour sauver sa vie», rapporte-t-elle à l’AFP.

De nombreuses personnes apparaissaient blessées sur des vidéos diffusées sur les réseaux sociaux par des manifestants qui enregistraient plus de 100’000 «vues» en direct. Un homme perdait son sang alors que beaucoup d’autres manifestants ne semblaient pas vouloir quitter les lieux quadrillés par des patrouilles de police et des forces de sécurité, selon ces images et des témoignages recueillis sur place.

laissez un commentaire