Manifs à Dakar…Le préfet bande les muscles

Interdiction de la manifestation de Nio Lank Nio Bagn : De l’électricité dans l’air ce vendredi à Dakar

Comme prévu, le Préfet de Dakar a décidé d’interdire la manifestation prévue ce vendredi dans l’après-midi sur la Place de l’Indépendance, par la plateforme Nio Lank Nio Bagn contre la hausse des prix de l’électricité. Le Préfet de Dakar durcit même le ton et explique que loi sera appliquée dans toute sa rigueur contre tout contrevenant. De toutes les façons, il y aura de l’électricité dans l’air cet après-midi à Dakar. Les manifestants se disent déterminés à organiser contre vents et marées leur manifestation. Pour ne rien arranger des choses, le Groupement des boulangers du Sénégal a décidé de s’inviter dans la partie.

Le Groupement des boulangers du Sénégal dénonce la non-application de la vérité des prix dans le secteur du pain, compte tenu de la cherté du prix de la farine. Cette hausse des prix de l’électricité va davantage impacter sur le coût de fabrication du pain, et l’Etat ne veut entendre parler d’application de la vérité des prix dans le secteur.

Quel après-midi électrique ce vendredi à Dakar ? D’un côté, le Préfet de Dakar qui menace de sévir avec rigueur contre tout manifestant qui oserait contrevenir à l’arrêté d’interdiction, de l’autre côté, les organisateurs de la marché ragaillardis par le succès de la mobilisation réussi vendredi passé d’un côté et de l’autre, leurs rangs qui se renforcent avec d’autres mouvements comme le Groupement des boulangers du Sénégal.

L’Etat du Sénégal a décidé de réprimer la manifestation de ce vendredi de Nio Lank Nio Bagn prévue cet après-midi sur la Place de l’Indépendance. Le Préfet de Dakar s’appuie sur de nombreux prétextes pour interdire la manifestation. Des prétextes pas du tout pertinents. L’Etat doit attaquer le taureau par les cornes, si vraiment il veut enrayer tout risque de troubles à l’ordre public. Ceci ne passe que par un renoncement de cette mesure plus qu’impopulaire de hausse des prix de l’électricité.

La rédaction de Xibaaru