« Monsieur le président, la plus noble revanche est de pardonner… » par C. T. KANDE

L’insulte est aux yeux du grand ce que le lionceau est devant sa mère lionne. Comme elle peut le dévorer ou l’avaler au premier coup de patte, par inadvertance donné, la mère lionne, patronne de la troupe, adopte une autre posture et tient une contenance meilleure que la vengeance.

Elle secoue sa queue, se déplace un peu, rougit légèrement et ignore : Son devoir c’est de protéger et de nourrir les petits de la troupe et non de les écraser par un coup de massue ou de mâchoires. L’indifférence des grands de ce monde, devant les aubades et sérénades des citoyens frustrés, a contribué parfois à rendre plus pointu leurs ouilles et à renforcer leurs efforts pour mieux servir.

Au président Macky Sall que nous croyons grand, que nous espérons animé d’une bonne volonté pour ce pays, que nous pensons pieux, paternel et fraternel – appartenant au groupe des humains accomplis et plein d’humanisme, très sensible à la souffrance des autres – nous demandons davantage de clémence pour libérer le journaliste Adama Gaye.

Nous prenons votre défense monsieur le président de la République ! C’est là certainement une position pour le moins iconoclaste chez nous  alors que nous sollicitons à côté votre pardon pour la libération d’un homme arrêté pour des propos amers et abjects tenus à votre encontre. Nous savons, qu’un président, ça se respecte !

Vous avez un noble programme pour ce pays. Vous ambitionnez bien le réussir. Vous avez besoin d’amis et d’ennemis pour y parvenir. Alors soyez patient et endurant. Endurez les critiques et écoutez les louanges, mais faites attention !

Parfois mieux vaut l’insulte de l’ennemi qui vous réveille, que l’apologie et les dithyrambes d’un faux compagnon. Les faux compagnons sont parfois nombreux au tour de nous à tel enseigne qu’on a du mal à tous les distinguer.

Merci de libérer Adama Gaye, Son Excellence le président de tous les Sénégalais, donc de Adama Gaye aussi.