Moustapha Ndiaye pilonne le directeur des opérations du Cetud…

Au terme d’une recherche d’antériorité effectuée par l’organisation internationale de la propriété intellectuelle (O.A.P.I), Mouhamadou Moustapha Ndiaye reçoit de la structure un brevet portant sur le secteur de la billetterie dans le domaine des transports et de la collecte des recettes municipales. Cinq ans après cette consécration de l’autodidacte de 42 ans, M.M NDIAYE estime que ce qui devait être sa chasse gardée pour une durée de 20 ans est menacé contrairement à l’article 7 de la propriété intellectuelle de l’annexe 1 de l’accord de Bangui révisé en 1999 portant sur les brevets d’invention. S’estimant combattu par Babacar Fall, le directeur des opérations du Centre Exécutif des Transports Urbains (CETUD), il a jugé opportun de sonner l’alerte.
Moustapha Ndiaye est dans tous ses états.
 L’Electrotechnicien propriétaire du startup Transpay titulaire, depuis 2014, du brevet de l’organisation de la propriété intellectuelle de la billetterie dans le secteur du transport et de la collecte des recettes municipales ne démord pas contre certains dirigeants du Centre Exécutif des Transports Urbains (CETUD) pour des raisons qu’il a lui-même déclinées : « J’avais été convié à un rencontre où il était question de la signature d’une charte dite de la billetterie. A ma grande surprise, des gens réputés être des contrefacteurs comme Samba Sow étaient présents se payant même le luxe de s’asseoir à côté d’Ababacar Fall, directeur de l’exploitation du CETUD. Fort de ces constats, j’ai eu des appréhensions pour signer. J’ai été conforté dans ma posture par le souci de ne pas être logé à la même enseigne que des contrefacteurs condamnés et déboutés par le tribunal mais également par le désaccord manifesté par les transporteurs tels que : Ndongo Fall, Alassane Sy et Modou Mbaye. Ces derniers m’ont dit de vive voix qu’ils ne voulaient pas que l’on mette à nu les principales données de leurs véhicules que sont : l’itinéraire effectué, le nombre de passagers, les heures de départ et d’arrivée, les dépenses et les recettes ».
Moustapha Ndiaye renseigne que son refus de signature de la charte susmentionnée lui a valu des difficultés notoires qui ont sérieusement plombé ses activités. Il a pointé un doigt accusateur sur ceux qui l’empêchent de tourner en rond : « La preuve de la guerre qu’Ababacar Fall et Thierno Birahim Aw me mènent s’est déclinée à Kaolack comme un soleil de midi. Dans cette localité où un de mes agents s’était rendu récemment pour le placement de 51 machines TPE par l’entremise des nommés Abdoulaye Thiam et de Sarakh Thiam, il s’est heurté au refus voilé des transporteurs. Ils avaient subi des pressions de Babacar Fall lequel avait dépêché un de ses affidés sur les lieux pour l’accomplissement d’une mission commando de délation et de calomnie. La même situation s’est aussi produite à Mbour où la représentante locale du CETUD s’est transformée en bras armé de son patron de Dakar en jetant l’opprobre et le discrédit sur notre plate-forme et nos produits que les potentiels acheteurs ont du se débiner. Quand informé, je l’ai appelée pour protester, elle n’a trouvé rien de mieux que de me raccrocher au nez ».
Moustapha Ndiaye, Ababacar Fall et le mail adressé au vice-président d’AFTU qui a fuité
Les relations entre le directeur de l’exploitation du  CETUD n’ont jamais été au beau fixe. La goutte d’eau qui a fait déborder le vase pour les rendre plus exécrables qu’auparavant est à chercher dans le contenu d’une correspondance groupée qui a fuité du mail de l’un des destinataires Ndongo Fall pour atterrir dans le mail de Moustapha Ndiaye. « Je n’ai jamais perdu de vue que le directeur d’exploitation n’a jamais cessé de me combattre mais je n’ai pris la pleine mesure du caractère vil et mesquin  de sa personnalité que lorsque j’ai pris connaissance du contenu de la lettre qu’il a simultanément adressée par mail au vice-président de l’association de financements des transports urbains (AFTU) Ndongo Fall ». Sur le fond de la lettre, Mouhamadou Moustapha  Ndiaye a brandi des contre arguments pour battre en brèche les idées du directeur des opérations du CETUD : « L’Exemple qu’il a donné pour le transfert d’argent ne tient pas la route car le brevet que je détiens concerne le secteur des transports et la collecte des recettes municipales. Avant moi, personne n’a produit un ticket de transport qui met en évidence des aspects essentiels comme la date, l’heure, le matricule l’itinéraire, la zone, les coordonnés géographiques et même le code du paiement électronique. Les acteurs dont M Fall fait allusion ne sont que ses protégés et ses amis. A propos de la concurrence saine dont il fait allusion il ne saurait prospérer car on ne saurait, à moins d’être de mauvaise foi, parler concurrence saine dans un contexte de gangrène, de complot et de favoritisme et de déloyauté. En parlant de système de sécurité et d’évolution, il ignore que plus de trente de personnes dont 3 ingénieurs en développeur mobile web, en télécom réseaux et en systèmes de sécurité ».