Ultimate magazine theme for WordPress.

Nicolas Bassene : « Développer la Casamance est possible, mais… »

0

DEVELOPPER LA CASAMANCE NE SERA JAMAIS LE FRUIT DES DISCOURS POLITICIENS.

La Casamance est connue pour être l’une des régions du Sénégal à disposer d’une ressource naturelle diverse et continue. De Janvier en décembre, il y a toujours moyen d’exploiter une ressource particulière. Des indépendances à nos jours son réel potentiel est très peu voire mal exploité provoquant une situation économique peu reluisante. Aux constats accablés sur la situation de cette partie méridionale, on oppose analyse et conviction politiques. A l’évidence, la Casamance stagne, elle a véritablement besoin de développement. Son développement est nécessaire et possible, mais pas n’importe comment, et sûrement pas avec des discours politiciens.

Développer la Casamance est possible, mais pas avec ces schémas qui nous sont familiers que nous offrent nos politiciens. Pour mieux comprendre ce fait, jetons-en tout objectivité-un d’œil sur les projets et les programmes des politiciens dans ce cadre bien spécifique, nous constatons sans le dire que tout cela n’est qu’outil pour caser des militants. Différents régimes se sont succédé même procédé. Ils ont proposé des programmes de développement sans vraiment grand impact tellement les résultats sont insignifiants. De cette inefficacité des programmes et projets étatiques devra-ton accuser la situation endémique de guerre qui sévit depuis plus de trois décennies dans cette partie?

Certes la guerre joue un frein, un obstacle voire un ralentisseur à l’essor de cette région mais le manque de dynamisme et l’immobilisme économique ambiants en Casamance ne saurait se réduire à elle seulement. La région peut se développer c’est certain.

La Casamance peut belle et bien se développer. Notre analyse pour ce développement s’articule autour de ces conditions :

La première est de donner la priorité absolue à rétablir la paix et à la sécurité civile par une volonté politique manifeste, clairement définie et mise en œuvre.

La deuxième condition est d’accepter que les forces vives locales qu’elles soient politiciennes ou qu’elles soient autres de trouver des programmes et projets qui répondent aux réalités et au besoin de la population locale, des programmes autocentrés et puissamment pilotés par une volonté nationale forte, éclairée et légitime.

La troisième condition est de mener une campagne de communication nationale et internationale de restauration de l’image de la Casamance, condition sine qua non pour vendre la destination et attirer plus de bailleurs et investisseur.

La quatrième condition est le renforcement du privé. Le développement de la région sera l’affaire, à plus de 80%, du secteur privé par l’aide à la promotion des PMI et PME également la promotion de star up.

La cinquième condition est la mise en place d’un cadre juridique spécial avec des conventions solides. Enfin, la sixième condition constituant l’épine dorsale des timides tentatives existantes est la commercialisation de la production. Sur ce volet il faut mettre l’accent la formation et le transfert de compétences, l’ouverture d’autres marchés (Guinée Bissau, Gambie, Guinée Conakry) par des partenariats bilatéraux soutenus et l’intercommunalité en priorisant l’axe sud-nord.

En résumé, développer la Casamance est possible pourvu que les décisions des programmes et projets soient élaborés de façon inclusive prenant en compte les avis de tous. Rien ne sera parachuté, et ne peut venir de l’extérieur. Pour réussir à impulser un développement en Casamance, Il convient d’esquisser, dans différents domaines, comment l’application de ces conditions suscitées peut permettre la mise en place de politiques ayant de meilleures chances de provoquer le développement. Pour réussir à développer cette partie spécifique, au-delà des conditions primaires, il faut se départir de la politique politicienne qui est en réalité le goulot d’étranglement de l’économie locale en provoquant des politiques profondément inadaptée dans beaucoup de ses aspects.

In fine, La bonne politique de développement en Casamance consisterait à l’Etat à pouvoir à tout moment intervenir sur n’importe lequel de ces champs pour lever un blocage et assurer une synergie correcte entre tous les aspects du développement. Aujourd’hui, à l’état de déshérence où se trouve le développement de la région il est impératif de réinsister sur l’essentiel : le secteur privé local et Il faut revenir à cette priorité. La clef du bon usage est l’appropriation complète et la participation des bénéficiaires au choix et à la nature des projets.

 

Nicolas Silandibithe BASSENE

laissez un commentaire