Ultimate magazine theme for WordPress.

Nigeria: il tue son colocataire et vend ses organes à un pasteur pour des rituels

0

Le commandement de la police de l’État de Bayelsa au Nigeria a arrêté un homme de 34 ans, Okpegboro Avwerosuo, qui aurait tué son colocataire, démembré le corps et vendu les organes vitaux à un pasteur à des fins rituelles.

Il a été recueilli que l’incident s’est produit dans la ville de Sagbama, le week-end dernier.

Le suspect, avait invité le défunt à venir à Sagbama pour rejoindre le business de motocyclisme et lui avait assuré que ce business était florissant dans la région.

Selon un voisin, qui a parlé au Nigerian Tribune, lorsque le défunt est arrivé dans la ville, il n’était pas resté plus de deux semaines quand Okpegboro l’a frappé avec un pilon de mortier au milieu de la nuit, lui écrasant le crâne et le tuant dans le processus.

« Après l’avoir tué, il a démembré le corps, préservé les organes vitaux et mis les autres parties dans des sacs séparés dont il s’est débarrassé au petit matin du lendemain. Pendant qu’il se débarrassait des sacs, un autre voisin qui l’a vu et soupçonné  ses mouvements l’a confronté plus tard dans l’après-midi à propos de l’endroit où se trouvait son colocataire», a raconté le voisin.

tue

Le suspect a affirmé que le défunt était retourné dans sa ville d’origine pour une affaire urgente. Non satisfait de sa réponse, le voisin a pénétré de force dans la pièce et a vu des taches de sang partout. Le voisin l’a maintenu à terre et a alerté le justicier local qui a finalement appelé  la police pour arrêter le suspect

« Lors de son interrogatoire, avant d’être remis à la police, le suspect a avoué qu’il avait vendu les organes vitaux de son ami à un pasteur de Port Harcourt à des fins rituelles. »

Le porte-parole du commandement de la police d’État, le SP Asinim Butswat, qui a confirmé l’incident, a déclaré:

« Le suspect Okpegboro Avwerosuo âgé de 34 ans est détenu au SCID pour une enquête plus approfondie.  Le nom de la victime est encore inconnu. «

laissez un commentaire