Où est l’Etat ? …Par Bacary Domingo MANE

Nous avons failli céder à la tentation de chercher l’Etat dans les rues et
les quartiers de Dakar, à l’aide d’une lanterne allumée en plein midi,
pour le livrer au citoyen abandonné en pleine jungle. Mais à quoi cela
aurait-il servi, si l’on sait d’emblée – à l’image de Diogène de Sinope
tenant une lampe et parcourant Athènes pour rencontrer l’homme –
que la recherche serait infructueuse. Face à l’anarchie ambiante, aux
inégalités, à l’impunité, la lave incandescente de l’incivisme creuse son
cratère. Le citoyen au milieu de nulle part lance, en vain, un appel de
détresse à un Etat-déserteur qui, hélas, ne se signale que lorsque le
pouvoir du Prince vacille.
Lorsque leur pouvoir est menacé, ils se mettent dans la peau de Hercule, en
bandant des muscles, avec dans la bouche ce discours enflammé : «force
restera à la loi !». Aussi promettent-ils l’enfer à ceux ou celles qui osent
élever la voix pour revendiquer leurs droits. Un arsenal de guerre est
mobilisé pour contenir la vague contestataire et repousser les assauts d’un
peuple mécontent de la manière dont certains dossiers sont gérés, parce
que mis sous le coude du Prince. Les forces de l’ordre font alors usage de
canon à eau avec ses 15 litres à la seconde, de grenades assourdissantes (Gli
F4), de gaz lacrymogène au poivre, de lanceurs «Cougar », de camions anti-
émeute, etc. La loi est bel et bien présente lorsqu’il s’agit de réprimer les
empêcheurs de tourner en rond, puisque l’enjeu est la conservation du
pouvoir obtenu par les urnes, à l’issue d’un processus électoral
partiellement transparent.
Mais pourquoi les citoyens ont le sentiment que cette «loi répressive» est
souvent aux abonnés absents lorsqu’il s’agit de les protéger contre les abus
de tous ordres ? Ils cherchent désespéramment les ailes protectrices de
l’Etat face à l’injustice sociale dont ils sont l’objet dans leur quartier, lieu de
travail, dans la rue, etc.
Le civisme du désordre
Dans la plupart des cités, les règles élémentaires de bon voisinage sont
foulées aux pieds par des «intouchables», de gros bonnets ou des citoyens
ordinaires protégés par le parti ou le marabout. L’anarchie prend ses
quartiers sur les terres fertiles de l’incivisme dont l’inaction de l’Etat
constitue l’humus. L’entretien du cadre de vie, la pollution sonore, la
défiguration de l’environnement, etc. sont autant de sujets de
préoccupations pour des citoyens qui veulent vivre dans la tranquillité et la
sécurité, comme dans un vrai Etat de droit.

Ici, le baptême d’un nouveau-né vous donne le droit d’obstruer le passage,
obligeant piétons et véhicules à faire un long détour ; les chants religieux
«autorisent» les initiateurs à ouvrir au maximum le volume des haut-
parleurs ou des baffles pour que leur dieu, insensible à toute discrétion,
entende leurs prières. Ils ne se posent pas la question de savoir s’il y a, dans
les maisons, des malades en phase terminale, des élèves qui doivent se lever
à cinq ou six heures pour aller à l’école ; des travailleurs qui vont faire de
même pour éviter les embouteillages. Pour ces «croyants», le fameux
«Jeggulu» (pardon) adressé aux habitants du quartier à la fin du «thiant»
suffit à réparer tout le mal causé. Où est l’Etat ? se demandent, à juste titre,
ces derniers au beau milieu d’un sommeil à jamais perturbé. Hercule s’est
retiré à pas feutrés derrière le rideau du silence, attendant la prochaine
répression, laissant ainsi la place au civisme du désordre.
Quid de ce voisin qui prolonge de deux m2 ou plus le mur de sa maison
pour y construire un enclos, une boutique, un atelier, etc. Ce voleur du bien
de tous ne se laisse même pas intimider par le regard accusateur d’autrui.
Que dire du locataire élevant ses moutons sur la terrasse de sa maison, en
envoyant toute la puanteur à ses voisins ; du mécanicien vulcanisateur qui
installe son atelier en plein virage, avec ces pneus superposés et ces
véhicules garés, venus faire le plein d’air. Gare à celui qui osera attirer son
attention ! En l’absence de l’Etat, il peut faire ce qu’il veut, sans craindre la
moindre sanction.
La symphonie du vide
Ce particulier manipulant son portable dans la circulation, et ce chauffeur
de camion frigorifique roulant à vive allure en plein centre urbain, sont tous
logés à la même enseigne. Ils se laissent bercer par la symphonie du vide
laissé par un Etat-déserteur qui semble moins se préoccuper du quotidien
des citoyens.
Ajouter à cela, la surcharge des bus «Tata», des cars rapides, et cars
«Ndiaga-Ndiaye» à Dakar et sa banlieue. Complétons le tableau avec ces
téméraires chauffeurs de cars rapides ou de taxis «clandos» qui roulent
sans permis de conduire. Le spectacle digne d’un film hollywoodien se
déroule parfois en présence d’un élément des forces de l’ordre visiblement
dépassé par le degré d’incivisme qui règne dans ce pays.
Admirez, s’il vous plait, le «numéro» des charretiers dont les chevaux
étalent excréments et urines sur la chaussée, dégageant une odeur âcre à
vous couper le souffle. Le plus marrant, c’est qu’ils vous disputent même la
priorité, ces vil…. ! Pourquoi ce charretier qui se signale par ses haillons et

amulettes bouderait son plaisir à profiter de ce vent d’anarchie qui souffle
sur la capitale et le reste du pays.
Une pagaille indescriptible règne aussi sur nos routes nationales, avec ces
camions remplis à ras bord de sacs, parfois sans feu de signalisation, ces
jeunes conducteurs de bus de transport interurbain sous le coup de l’alcool
ou du marijuana, somnolant au volant. Le citoyen excédé interpelle un Etat
qui manque toujours à l’appel. Ne réveillez surtout pas un lion qui dort, si
son pouvoir n’est point menacé par des activistes ou une jeunesse
consciente de ses responsabilités.
Le citoyen dépassé
C’est la même interrogation que formule le travailleur face à un patron
plein de connexions et qui fait ce qu’il veut : licenciement abusif, promotion
canapé, stages «perpétuels », retards de paiements de salaires ou
accumulation de mensualités impayées. L’employé attend que l’Etat vienne
le secourir, en vain !
Des épaves de véhicules, des parkings à ciel ouvert, des gargotes, des étals,
des vendeurs à la sauvette se faufilant entre les voitures, des demandeurs
d’aumône avec leurs dreadlocks barrant les véhicules de particuliers et
créant des bouchons monstres juste pour «arracher» quelques pièces ou
billets de banque…
Les terres sont arrachées aux ayants droit au profit des agriculteurs du
dimanche ou de promoteurs chercheurs invétérés de profits. Où est l’Etat ?
La même question est adressée par l’accompagnant du malade qui a fait le
tour des hôpitaux à la recherche d’un lit, après avoir, en vain, sollicité les
services d’un Samu parfois aux abonnés absents. L’irréparable finira par se
produire à cause d’une non prise en charge.
Le citoyen dépassé par ce qui se passe autour de lui, interpelle un Etat
dangereusement aphone. Visiblement, la loi perd toute sa force tant qu’il
s’agit d’accompagner le citoyen dans son quotidien.
Un Sénégal tricéphale
L’Etat-déserteur a tourné le dos aux « faibles» condamnés de subir les
foudres des «forts » ou des «protégés». La solidarité nationale bat en
retraite face à la montée des inégalités, parfois exacerbées par un système
qui se nourrit de prévarication, de corruption et de népotisme. Pourrait-il
en être autrement dans ce Sénégal tricéphale, c’est-à-dire à trois têtes : celle
de Macky Sall et de sa famille ; de ses amis ou de son camp et celle des
autres, les laissés-pour-compte.

Bacary Domingo MANE, (Mondeafrik.com)