Ultimate magazine theme for WordPress.

Pastef sort le mot qui va « bruler » le Sénégal…

2

C’est une alerte de xibaaru en direction des pouvoirs publics, des cités religieuses, des ONG et des partenaires sociaux. Si nous n’y prenons garde, ce pays va bruler…Un parti politique cultive les germes de la violence avec des mots dangereux. A la veille des élections locales, les responsables du PASTEF évoquent un complot d’assassinat de leur leader. N’ayant plus rien à offrir comme projet de société pour la conquête du pouvoir, le PASTEF déniche le projet d’assassinat pour mettre le feu partout…Sénégalais, vous êtes avertis.

Discours de Bassirou Diomaye Faye…une erreur de com’ dangereuse pour le Sénégal

Savoir parler aux sénégalais n’est pas le fort des cadres du Parti des Patriotes du Sénégal pour le Travail, l’Ethique et la Fraternité (PASTEF). A chaque fois que l’un d’eux parle, c’est toute la nation qui tremble. Ce, parce que les discours qu’ils tiennent peuvent bruler un pays. Après Ousmane Sonko, c’est au tour de son fidèle lieutenant, Bassirou Diomaye Faye, de s’exprimer sur l’incident qui s’est produit, lundi passé, entre militants de Pastef et ceux de Doudou Ka. Le président du mouvement national des cadres patriotes (MONCAP) parle de projet d’assassinat contre Sonko. Une sortie maladroite perçue par beaucoup d’observateurs comme une dérive communicationnelle.

A Pastef, on doit apprendre à remuer la langue sept fois avant de parler. Leurs sorties sont toujours catastrophiques. Et le dernier responsable de ce parti qui vient de faire parler de lui, c’est Bassirou Diomaye Faye. Dans une tribune publiée dans la presse, hier vendredi, il a listé les coups bas du pouvoir contre Ousmane Sonko. Revenant sur les accusations de viols contre le député, le président du Moncap a révélé qu’on l’avait alerté sur un complot contre Sonko. Complot en rapporte avec une affaire mœurs. Mais il a préféré ne pas ébruiter l’affaire.

Du complot à la tentative d’assassinat

Après ce qui s’est passé, lundi dernier à Ziguinchor, Diomaye semble avoir changé de méthode. Selon lui, un projet d’assassinat contre Ousmane Sonko est en gestation. « L’attaque de Ziguinchor entre dans le même registre de la planification de l’exécution d’une décision prise en haut lieu, à savoir l’élimination du Président Ousmane Sonko dans les conditions d’un affrontement généralisé rendant impossible l’identification des ‘’professionnels’’ préposés à administrer le coup fatal », a révélé le jeune poulain de Sonko.

Mais cette déclaration est immature pour un intellectuel de la trempe de Bassirou Diomaye Faye. Déclarer que des gens veulent attenter à la vie de Sonko relève de la bêtise humaine. Et une telle déclaration pourrait faire, de nouveau, basculer le pays dans la violence. Souvenons-nous que c’est l’appel du leader de Pastef qui avait poussé les jeunes à sortir dans les rues le jour de sa convocation par le doyen des juges. La suite nous la connaissons tous.

Mais cette déclaration est calculée car elle est faite à quelques mois des locales de 2022. Les élections riment en général avec violence. Tenir un tel discours pourrait mettre le feu aux poudres. Et le Sénégal n’a pas besoin d’un tel scénario. Au mois de mars, le Sénégal a eu son lot de morts et de sang. Pousser encore les jeunes à remettre cela, serait insensé et dépourvu de moral.

La mauvaise communication…un défaut bien Patriote

Cette déclaration remet au gout du jour le problème de communication au sein de Pastef. Les membres de ce parti sont connus pour leurs discours hostiles. Les sénégalais se rappellent toujours de l’épisode où Ousmane Sonko demandait à ce que tous les présidents, de Léopold Sédar Senghor à Macky Sall, soient fusillés. Ce parti appelle toujours à la violence lors ces sorties médiatique. Une hostilité due au fait qu’il veut résolument chasser par la force de la rue, Macky Sall du pouvoir.

Alors beaucoup ne seront pas surpris si Bassirou Diomaye Faye dérape dans son discours. Il est considéré par beaucoup de sénégalais comme un soldat à l’image de son maitre, Ousmane Sonko. Et ce « virus » au sein de Pastef affecte même leurs partisans qui tirent sur toute personne qui ose parler de leur leader.

Si Pastef aspire à diriger ce pays, il est impératif qu’il change sa manière de faire. Une élection ne se gagne pas dans la violence, elle se gagne dans les urnes. Et Sonko et Cie doivent en être conscients.

Aliou Niakaar Ngom pour Xibaaru

Afficher les commentaires (2)