Ultimate magazine theme for WordPress.

Pastef un parti nocif…Dix (10) ans de violence et de mensonges

0

L’ex parti des Patriotes Africains du Sénégal pour le Travail, l’Ethique et la Fraternité (PASTEF) est l’un des partis les plus tenaces que le régime du président Macky Sall ait affronté depuis son apparition sur la scène politique. Ousmane Sonko et ses partisans sont tenaces et résilients. Ils ont su faire face à la toute puissante machine Benno Bokk Yakaar. Mais leur combat contre le pouvoir a démontré que ce parti dissous est la plus grande menace que ce pays a connue. C’est ce parti qui fête ses dix (10) années d’existence. Dix (10) ans de violence et de mensonges.

pastef
Le parti Pastef

Le 4 janvier 2014 marque le début d’une décennie d’existence pour le Parti des Patriotes Africains du Sénégal pour le Travail, l’Ethique et la Fraternité (PASTEF). Fondé par de jeunes cadres de l’administration publique sénégalaise, du secteur privé, des professions libérales, des milieux de l’enseignement et des hommes d’affaires, le parti avait tout pour régner en maître. Mais le leader de Pastef, Ousmane Sonko, en voulait plus. Alors il s’est lancé dans un bras de fer avec l’Etat. C’est ainsi que 2023 a marqué le début de la fin du fameux «projet».

Le 31 Juillet 2023, l’Etat du Sénégal prononce la dissolution du parti Pastef qui leur en a fait voir de toutes les couleurs. Non content de s’en arrêter là, la machine judiciaire a broyé tous les cadres de ce parti. Mais aussi les militants les plus dociles. C’est ainsi que ce parti a connu son déclin. À quelques jours de la présidentielle le reste du parti est envoyé au fond du trou par la Cour suprême et le Conseil constitutionnel. La candidature du maire de Ziguinchor est rejetée par les sept (7) sages. Et sa condamnation dans l’affaire PRODAC est confirmé par la haute Cour.

Mais qu’est ce que l’ex Pastef a fait en dix (10) ans ? La première chose, c’est qu’il a  participé à déshumaniser la mentalité des jeunes. C’est ainsi que Ousmane Sonko est devenu leur «messie». Malheureusement, le leader de l’opposition radicale ne saura pas gérer cette force que constitue la jeunesse. Àlors, le maire de Ziguinchor  utilise les jeunes pour ses combats personnels. Ces nombreux appels à manifester ont failli plonger le pays dans un chaos indescriptible. En mars 2021, au moins treize (13) jeunes sont morts leur de son premier appel à la «résistance».

pastef
Les menaces de Pastef

Le 1er juin 2023, Ousmane Sonko a encore failli faire basculer le pays. De violentes manifestations ont éclaté le 1er juin après sa condamnation pour «corruption» de la jeunesse» dans l’affaire Sweet Beauté. Des heurts ont été notés un peu partout. Cette fois-ci, quinze (15) personnes ont perdu la vie. L’État de son côté a réagi en restreignant internet. Ce bras de fer entre Ousmane Sonko et l’État a coûté cher aux sénégalais confinés chez eux.

Depuis lors, les jeunes semblent avoir pris conscience de la situation. Les manifestations de l’opposition ne sont plus ce qu’elles étaient auparavant. Plus personne ne veut suivre bêtement un leader qui a tout fait pour lancer une révolution. Ousmane Sonko avait même «fait son testament», disait-il, pour l’affrontement final. Un combat qui n’aura jamais lieu. L’État a pris les devants le 31 juillet 2023. Ousmane Sonko est arrêté pour vol de téléphone. D’autres charge viendront s’abattre sur lui. Et il n’est pas prêt à être libéré.

Les dix (10) ans du parti dissous, c’est aussi une décennie de mensonges. Ousmane Sonko a tellement menti aux Sénégalais que beaucoup lui ont tourné le dos. Dans l’affaire Atlas et Mercalex, il avait juré qu’il n’avait rien à voir dans ce dossier. Ce qui était totalement faux. Le maire de Ziguinchor a déclaré devant les caméras qu’il souffrait d’un mal de dos. Quelques temps après, on le voit dans une vidéo faire de la boxe comme s’il n’avait jamais eu un seul problème. C’est ce mal de dos qui l’aurait conduit au salon Sweet Beauté.

Même dans ce dossier, Sonko a menti aux Sénégalais. Il avait déclaré qu’il n’avait jamais posé les pieds dans ce salon. Sur un plateau télé, Bassirou Diomaye Faye de Pastef, avait juré que Sonko n’y avait jamais mis les pieds. Ce même Sonko revient pour dire qu’il était allé au Sweet Beauté pour soigner un mal de dos. Au lieu d’aller répondre de ses crimes, il a préféré se lancer dans une résistance qui a coûté la vie à des jeunes. Même chose dans l’affaire Mame Mbaye Niang dans laquelle il jurait détenir ses preuves. Voilà en quoi Sonko nous a habitués en dix (10) ans.

Aliou Niakaar Ngom pour Xibaaru

laissez un commentaire
where to buy viagra buy generic 100mg viagra online
buy amoxicillin online can you buy amoxicillin over the counter
buy ivermectin online buy ivermectin for humans
viagra before and after photos how long does viagra last
buy viagra online where can i buy viagra