Ultimate magazine theme for WordPress.

Plainte de Maty 3 pommes : Une enquête ouverte contre les « Sonko boys » (Avocate)

0

De l’eau a coulé depuis les dernières manifestations suite à la convocation du leader de Pastef-Les Patriotes, Ousmane Sonko, accusé de viols présumés et menaces avec armes à feu par la masseuse Adji Sarr. Malgré l’accalmie notée dans nos rues ces derniers jours, certains partisans du député de l’opposition continuent de faire régner la terreur sur les réseaux sociaux.

Plus personnes n’a le courage de prendre des positions contraires à celles de Ousmane Sonko sans se faire lyncher par ses affidés. Politiciens, activistes et journalistes n’osent plus critiquer le leader de Pastef-Les Patriotes. La dernière victime des « Sonko boys » c’est la journaliste Maty Fall.

Maty 3 pommes a été dernièrement victime de menaces de mort de la part de sympathisants de Ousmane Sonko. « Je m’appelle Maty Fall, victime de cyber harcèlement des sonko boys et il est hors de question que l’on m’empêche de faire mon travail de journaliste avec des menaces. Que vous soyez au Sénégal ou en France avec Interpol il y a plus de Frontière ! J’ai le droit de faire mon travail de journaliste en paix et en sérénité », avait-elle écrit sur Facebook

Digérant mal ces menaces, notre consœur a saisi la justice. Maty 3 pommes a porté plainte contre les « Sonko boys » qui la menacent. Contactée par la rédaction de Xibaaru, l’avocate de la journaliste est revenue sur les dernière dénouement de cette affaire.

« Une plainte est en cours. L’enquête est ouverte auprès des services de police. C’est l’enquête qui identifiera les auteurs de ces menaces et de ce cyberharcèlement », nous confie la robe noire qui déplore la manière dont la liberté de la presse est entrain d’être bafouée au Sénégal.

« Il est déplorable que les journalistes soient menacés dans l’exercice de leur profession (comme ma cliente) ou que leur parole puisse être censurée. Nous avons connu le Sénégal comme une merveilleuse vitrine de l’Afrique mais aujourd’hui force est de constater le recul de certains droits et libertés fondamentales », a rajouté Me Sonko.

Aliou Niakar Ngom

laissez un commentaire