Ultimate magazine theme for WordPress.

Pr Ibrahima Félix Mboup pour un syndicalisme efficace

Félix ibrahima Mboup, auteur du texte
0

Vers un modèle disruptif pour un syndicalisme efficace

Par Ibrahima Felix Mboup

Il est fort heureux de constater que le débat s’instaure autour de grands enjeux qui intéressent le monde enseignant , depuis cette avalanche de critiques portée à l’encontre , non pas des dirigeants syndicaux, mais des organisations censées défendre les intérêts des soldats du savoir . Pour cette occasion , je salue cette part déterminante que le Saemss a eue concernant les préoccupations exprimées par les collègues .S’adossant au principe de la décence et de la moralité , sans aucun état d’âme,  mandatés et mandants se sont adressés de façon responsable .

Deux questions essentielles, sans lesquelles l’enseignant  ne peut escompter de beaux jours devant lui , à savoir la prise en charge de la problématique de la carrière ,et le paiement des rappels sans imposition barbare voire vorace .

Permettez-moi , chers followers, de saluer les réflexions de Saourou Séne et de El Hadji Malick Youm , deux compagnons de lutte , que mes postures, je le crois fermement, n’effarouchent guère .Si Saourou comprend , les autres ne comprennent rien des mobiles de mon action et de mon attitude aussi bien sur les réseaux sociaux et dans mon existence quotidienne que j’ai désormais dédiée à l’éclatement de la vérité au grand jour .Je ne suis , ni de près ni de loin , lié à un  quelconque   cercle .J’agis et pense de façon autonome , puisque je ne monnaye jamais ma liberté de jugement ni l’indépendance de mon esprit .

Deux plaies béantes et purulentes éprouvent profondément le monde enseignant . Il s’agit de la surimposition des rappels que ni le bon sens ni l’humanisme ne sauraient cautionner .Il m’est arrivé , à maintes reprises , d’interroger des collègues, qui ont perçu leurs rappels .Je me suis rendu compte que le montant représentant l’impôt avoisine presque la moitié du rappel perçu, sinon la dépasse .

Ce qui pose un problème d’équité et de transparence , quant au prélèvement de l’impôt .Je défie quiconque pourra me dire ,le Coran ou la bible à la main , que le même système de prélèvement de l’impôt auprès des enseignants s’applique aux autres corps choyés de l’administration qui ont la part du lion de la masse salariale ,mais aussi à ceux qui détiennent des entreprises et des immeubles qu’ils mettent en location .

A cet exercice qui relève d’un besoin pressant d’assainissement des finances publiques , mais aussi d’un mode de gouvernance fondée sur la transparence, j’accorde une importance capitale , si bien que je préconise , à cet effet , la tenue d’un jury d’honneur ou d’un forum. A cause des rappels amputés comme l’est une jambe frôlée par un obus , des rêves se sont brisés , des prévisions , faussées et des ardeurs, émoussées.

Or donc , il est plus que jamais urgent que les syndicats prennent en charge , dans la fermeté et la rigueur , la question ;il y va de leur crédibilité , car l’injustice est d’autant plus flagrante que des députés repus de riba , qui passent tout leur temps à dormir et à se battre, payent une modique somme en guise d’impôt .Le règlement de cette question légitimait le boycott des examens, pour, d’une part, montrer que nous ne sommes pas les vaches laitières de personne , et d’autre part , dire notre courroux et justifier notre statut de masse critique.

Malgré la saignée, le G7 se complaît dans son horrible hibernation syndicale, prétextant fallacieusement le contexte de Covid .Et les enseignants restent dubitatifs , quant à l’engagement et la détermination de leurs leaders pour les tirer d’affaire .Sous l’ère des preux et déterminés leaders que le mouvement syndical a connus ,dans le passé , un régime, aussi  injuste et impopulaire que celui qui nous provoque et nous torture , n’oserait organiser un tel système d’imposition .

L’autre problème grave, qui a fini de provoquer des inéquités et des dysfonctionnements dans l’enseignement, se trouve être le problème des avancements .Si aujourd’hui ,les avancements sont quasiment  bloqués , c’est qu’il est noté des lenteurs administratives , qui ne peuvent s’expliquer , dans la mesure où nous sommes à l’ère du numérique , que l’autre désigne par la révélatrice expression « techtonique des plaques numériques .Je voudrais, ici , dire solennellement que les lenteurs administratives ont été orchestrées à dessein , car le cumul de rappels exposerait notre État au danger de l’impossibilité de payer les salaires .Un tel événement donnerait raison à celui qui l’avait prédit .Ne nous voilons pas la face .Disons la vérité crûment sans fard ni parti pris .Je m’assume pleinement .Je suis prêt à toute forme de représaille.

Malgré cette volonté manifeste de l’Etat d’envoyer l’enseignant au charbon et de le sacrifier sur l’autel de magiciens fiscalistes, les syndicats vont à Canossa, tergiversent et cherchent midi à quatorze heures. Les lenteurs administratives ont engendré des conséquences désastreuses , et , par là, émoussé tout l’intérêt que l’enseignant portait au mouvement syndical .Ce mouvement, dans un passé récent , a valu à certains d’être    traumatisés, combattus et honnis par leurs chefs d’établissement ; à d’autres il a valu des carrières universitaires brisées.

Mais Dieu est juste : les pourfendeurs de ces syndicalistes iront sous peu en retraite , et seront dans l’indigence .Pour certains ,ayant brisé leur carrière universitaire , Ils seront heureux sous peu .Ne pas s’attaquer aux questions relatives aux lenteurs administratives et aux impositions , c’est trahir un idéal autour duquel des gens se sont mobilisés et donnés corps et âme .Au nom de la vérité, du respect à nos Morts et pour ne pas rater le train de l’histoire, les syndicats doivent résoudre ce problème sans compromis .De cette résolution dépendent le devenir de l’enseignant et l’éclat du mouvement syndical.

Une de ces photos a été prise lors du sit-in organisé devant la fonction publique , pour protester contre les lenteurs administratives .Nous étions dans la salle de réunion pour cracher nos quatre vérités aux responsables de la fonction publique .

 Félix Mboup

Ancien secrétaire général départemental du Saemss à Mbacké

Ancien membre de la CA du Saemss.

Professeur au lycée Talibou Dabo

laissez un commentaire