Ultimate magazine theme for WordPress.

Révue de presse…Les dégâts des inondations à la UNE

Un vendeur de journaux dans les rues Dakar
0

Les journaux du week-end mettent le focus sur les inondations et les réactions qu’elles ont suscitées dans la banlieue de Dakar et dans d’autres localités du Sénégal à la suite d’importantes pluies tombées ces derniers sur le pays.

‘’Dakar patauge !’’, s’exclame ainsi Enquête dont la Une illustrée par une photo montrant des passagers tentant de descendre d’un bus quasiment submergé par les eaux de pluies.

Dans ses colonnes, la publication fait savoir que la pluie de ces derniers jours avait exacerbé les souffrances des sinistrés, particulièrement à Diamegueune-Sicap Mbao où des populations ont barré la route nationale 1 et affronté les forces de l’ordre.

Pour Vox Populi, l’eau a ‘’fait bouillir la banlieue de colère’’ parlant des inondations.

‘’Lorsque le ciel est noir, les populations de la banlieue, notamment Pikine, Guinaw Rails, Diamegueune, Keur Massar, Keur Mbaye Fall, entre autres, ne dorment plus que d’un œil. Car, il suffit de quelques gouttes de pluies pour que ces quartiers à très forte densité de populations pataugent. Le calvaire est encore plus grand quand on enregistre des heures voire des jours de pluie. C’est ce qui s’est passé depuis mercredi puisque le ciel a ouvert ses vannes, arrosant tout le pays, particulièrement Dakar et sa banlieue. Inutile, dès lors, de dire comment était la situation dans cette partie de la banlieue’’, analyse le journal.

Evoquant une ‘’souffrance sans fin’’ des populations, L’Observateur souligne que la situation est allée de mal en pis en banlieue après les fortes pluies du jeudi qui se sont prolongées jusqu’en milieu de journée du vendredi.

‘’Des familles qui déménagent, d’autres qui vont dormir à la belle étoile, des jeunes qui déversent leur colère dans la rue, des dalles qui s’effondrent, pendant qu’ailleurs, une échappée des eaux du périmètre réservé au Train express régional (TER) a semé la désolation dans les maisons bordant la voie ferrée à Guinaw-Rails : tel est le tableau sombre d’une situation où la souffrance paraît sans limites’’, relève le journal.

Le Quotidien n’hésite pas insister sur un retour des inondations en banlieue, particulièrement à Keur Massar, une localité envahie par les eaux malgré les investissements consentis par l’Etat.

Usant de son habituel jeu de mots, la publication affiche en Une : ‘’Eau, source de malheurs’’ et l’étaye à travers une description pathétique de la situation des inondations dans la banlieue dakaroise .

‘’Les fortes pluies qui se sont abattues dans la région de Dakar ont causé plusieurs dégâts dans de nombreuse localités. Aujourd’hui, beaucoup de ces populations vivent la galère à cause des inondations. 72 heures de pluies ont suffi pour que plusieurs quartiers changent de visage. Des autorités locales aux abonnés absents et des populations laissées à elles-mêmes, est le décor qui s’offre au visiteur qui débarque sur les sites submergés par les eaux de pluie’’, rapporte le journal.

Face à cette situation, Macky Sall a convoqué une réunion d’urgence sur les inondations au Palais de la République, fait ainsi savoir L’AS.

‘’Prenant la pleine mesure de la situation pénible qui prévaut à Keur Massar et dans la banlieue, le chef de l’Etat a convoqué hier (vendredi) une réunion d’urgence sur la situation’’, assure le journal.

Il en est ressorti qu’en dépit des importants moyens déployés, notamment à Keur Massar, des inondations ont été notées à la suite de forte précipitations enregistrées ces derniers, admettent ainsi les autorités étatiques dans une note relayée par la publication.

Face à cette situation, ‘’L’Etat sera au chevet des victimes’’, soutient en Une le Soleil en reprenant des propos du chef de l’Etat tenus lors de cette rencontre d’urgence.

Selon le quotidien, le dispositif de pompage des eaux de pluie sera renforcé et élargi, 500 millions de francs de plus alloués aux actions prioritaires, tandis que le gouvernement veut une libération de tous les exutoires des eaux pluviales, quitte à détruire les obstacles.

Source L’APS

laissez un commentaire