Ultimate magazine theme for WordPress.

En plein safari…un lion entre dans leur tente et arrache…

0

Patrick, 64 ans et son épouse Brigitte, 63 ans, n’oublieront jamais cette nuit d’août 2015 qui, en quelques secondes, a basculé dans l’horreur face à un lion. Le couple se trouve alors en Tanzanie. Amoureux de la nature, ces Haut-Savoyards sont partis à la découverte des grands animaux africains lors d’un safari-photo dans le parc national de Ruaha.

Le Lion entre dans la tente

Le 1er août 2015, Patrick et Brigitte dorment tranquillement dans une des tentes de leur campement installé dans la savane. Quand le cauchemar survient. Patrick raconte : « A trois heures du matin, mon épouse a été réveillée par un animal qui l’a bousculée, poussée avec son museau. La bête a mis ses pattes sur son dos. Ma femme a senti que c’était des pattes vraiment très lourdes. Et pour cause, il s’agissait d’un lion qui était rentré dans notre tente.

Ce lion s’est ensuite avancé vers moi. Je dormais. J’étais torse nu. J’ai dû sentir sa crinière sur ma poitrine. Cela m’a réveillé. Et je me suis redressé face à la gueule du lion. Il m’a alors attrapé le visage, pour essayer de me tirer en dehors de la tente, comme le font ces animaux qui emmènent leur proie avant de la dévorer. »

« Je n’ai pas voulu me laisser prendre, poursuit-il. J’ai résisté. Le lion, avec sa patte, m’a alors arraché tout le bras gauche, du sommet de l’épaule jusqu’à l’avant-bras. Toute la chair est partie, il ne restait plus que l’os. J’ai hurlé comme un animal. Un cri bestial. Mon épouse a crié également. Le lion a eu peur. Il s’est reculé et est finalement sorti de la tente. J’étais en sang. Pour aller me faire soigner, j’ai dû faire une heure et demie en jeep, sans médicaments, sans morphine pour calmer la douleur. C’était affreux », se souvient Patrick, qui comme sa femme Brigitte, a bien cru mourir cette nuit-là.

Une quinzaine d’opérations

Le calvaire du Haut-Savoyard n’est pas terminé. Il va en effet devoir subir une quinzaine d’opérations pour tenter de « reconstruire » son bras lacéré, réduit en lambeaux. Et aujourd’hui, la souffrance est toujours là. « J’ai du feu dans le bras, comme un chalumeau qui monte et qui descend. Ces douleurs neuropathiques continuent de me gâcher la vie », confie Patrick.

Après cette attaque sauvage puis son douloureux parcours médical, l’homme décide de se battre… comme un lion pour faire reconnaître la responsabilité de l’agence de voyages britannique ATR qui a organisé le safari. « Afin d’éviter qu’un autre accident de ce type ne se reproduise », insiste Patrick. Il contacte un célèbre cabinet d’avocats londonien. Et une longue bataille juridique commence.

« La nuit où j’ai été attaqué, notre guide, qui était armé, dormait tranquillement dans sa tente. Il n’y avait donc aucune surveillance de notre camp alors que nous étions en pleine savane, dans un secteur où se trouvaient des fauves. Pour moi, il y a donc une faute grave de l’organisateur du séjour. Si quelqu’un avait surveillé le camp cette nuit-là, il aurait vu arriver le lion, car le camp était éclairé par la pleine lune. Il aurait alors pu faire fuir l’animal. Et rien ne serait arrivé », estime Patrick.

Après presque quatre ans de combat, l’ancien chef d’entreprise vient de gagner avec le soutien de ses avocats. La justice britannique a reconnu la responsabilité de l’agence ATR. Le tour-opérateur doit verser 100 000 livres au cabinet d’avocats pour les frais de justice. Il faudra attendre une autre audience pour que les juges déterminent les dommages et intérêts qu’il devra verser au couple. « Je n’ai pas fait ça pour l’argent. Mais pour que des normes régissent désormais la sécurité de ces camps installés en pleine savane. Et éviter peut-être des morts ». Mais rien ne fera oublier à Patrick et Brigitte cette nuit d’enfer dans la savane.

laissez un commentaire