Sénégal : De la décolonisation toponymique au « déboulonnement de la statue Faidherbe de Saint-Louis »

Sénégal : De la décolonisation toponymique au « déboulonnement de la statue Faidherbe de Saint – Louis ». Une démarche paradoxale ?

Sans hésitation aucune, il faut « déboulonner la statue Faidherbe de Saint – Louis » Monsieur Abdoulaye Wade disait ceci : « Les historiens africains ont pour mission de faire connaitre aux Africains leur véritable histoire ». S’inscrivant dans cette logique, nous avons eu l’idée de publier cet article.

Suite à la mort de Georges Floyd aux Etats – Unis, un acte inhumain que nous condamnons fermement, un débat très intéressant a été soulevé un peu partout dans le monde. Autrement dit, la destruction de toutes les statues représentant des personnages racistes et de la dénomination de certaines rues. En effet, il ne faut pas confondre vitesse et précipitation, car cette dénomination des rues que nous pouvons considérer comme une décolonisation toponymique a été soulevée et concrétisée depuis l’indépendance de plusieurs colonies en Afrique (en 1960). La contribution des historiens sur ce débat concernant le déboulonnement de plusieurs statues représentant des personnages racistes, est sans doute primordiale. Ce présent article est juste un petit résumé ayant pour but de permettre à beaucoup de Sénégalais de mieux comprendre le fondement même de ce débat.

-La décolonisation toponymique au Sénégal en 1960 

Au-delà de l’obtention de notre souveraineté nationale en 1960, des dirigeants sénégalais avaient très tôt compris qu’il fallait favoriser aussi la décolonisation toponymique. Durant cette période, presque toutes les rues et écoles du Sénégal portaient les noms d’anciennes autorités coloniales. Ainsi, dans le cadre de revaloriser les noms de nos ancêtres qui avaient beaucoup résisté contre la colonisation française, ceux qui avaient beaucoup contribué à l’expansion de l’Islam et du Christianisme et qui ont également contribué à l’indépendance du Sénégal et autres, la décolonisation toponymique (dénomination des rues) fut donc favorisée au Sénégal ainsi que dans les autres pays africains fraichement devenus indépendants. En outre, pour concrétiser cela, la place Protêt fut devenue la place de l’indépendance du Sénégal, d’autres figures historiques sénégalaises comme  El Hadj Malick Sy, Blaise Diagne furent également honorées, des avenues de Dakar porteront leurs noms. C’est l’exemple de l’avenue El Hadj Malick Sy près de la corniche, l’avenue Blaise Diagne … la liste est loin d’être exhaustive.

Par ailleurs, il convient de retenir que la colonisation française n’a pas été que négative, elle était aussi positive d’autre part. La construction des chemins de fer, la création des industries agricoles, la création des écoles, la médecine coloniale, l’apparition de l’électricité au Sénégal en 1887, entre autres, ont été bel et bien favorisées par les autorités coloniales françaises. Et cela d’abord pour leurs intérêts, ensuite très bénéfique pour les indigènes.

Cette décolonisation toponymique n’était pas complète. C’est pour cela que ce débat était beaucoup évoqué au fur et à mesure du temps au Sénégal. Par exemple, des personnages comme Mamadou Dia, l’un des pères de l’indépendance du Sénégal, ont été oubliés anormalement. En effet, peu de Sénégalais connaissent ce grand patriote. Heureusement que le Building administratif porte d’ores et déjà le nom de Mamadou Dia. Chose qui permettra à beaucoup de Sénégalais de se rappeler de ce Monsieur. De même, la place de l’Obélisque de Dakar est désormais appelée La Place de la Nation. Cette initiative du Président de la République du Sénégal Monsieur Macky Sall est à magnifier. Mais il reste beaucoup à faire. Il faut aussi changer le nom du théâtre national Daniel Sorano et l’appelé théâtre national Ousmane Sembene, car le Français Daniel Sorano n’a pas contribué plus qu’Ousmane Sembene pour le progrès du cinéma et donc du théâtre sénégalais. De même, il faut aussi déboulonner la statue de Faidherbe de Saint – Louis du Sénégal. D’aucuns diront sans doute que cela n’a aucun sens, tout le contraire pour nous, seul l’acte compte beaucoup. Nous devons finaliser la décolonisation de nos esprits.

-Il faut déboulonner la statue de Faidherbe de Saint – Louis

Faidherbe était – il un assassin ?

Né le  03 juin 1818 à Lille et mort le 28 septembre 1889 à Paris, de son vrai nom Louis Léon César Faidherbe, était un militaire, un administrateur colonial et un homme politique français. Il fut le Gouverneur du Sénégal de 1854 à 1861 et de 1863 à 1865.

L’histoire est têtue ! Il ne faut pas se voiler la face, ni même y partir par quatre chemins, Faidherbe était un grand assassin. « Le bruleur de villages négres » comme le surnommèrent beaucoup d’historiens. Ce célèbre Gouverneur du Sénégal Faidherbe avait tué beaucoup de Sénégalais à l’époque coloniale. Faidherbe s’était même opposé à El Hadj Omar Foutiyou Tall qui assiégeait le fort de Médine, et prit la ville le 18 juillet 1857. Faidherbe serait donc celui qui aurait amené le sabre d’El Hadj Omar Foutiyou en France. De plus, le grand historien sénégalais le Professeur Iba Der Thiam disait que « Faidherbe avait tué 20 000 Sénégalais en 8 mois ». Comme quoi beaucoup de Sénégalais accordent de l’estime à Faidherbe, un estime qu’il ne mérite pas réellement. Faidherbe avait détruit physiquement le Waalo, il avait fusillé plusieurs personnes puis déporté les martyrs, brulé et déplacé les villages. Pis, durant l’année 1855, Faidherbe avait brulé plus de 25 villages dans le Walo comme Bokol, Nder, Téméy, Nombo, Keur Mbay, entre autres (la liste est loin d’être exhaustive). Vers le Sine – Saloum on en parle même pas, c’est la même chose, plusieurs villages furent également brulés. C’est l’exemple du village de Fatick, brulé par une troupe de Faidherbe le 18 mai 1859 lors de la bataille de « Logandéme ». En effet, la bataille de « Logandéme » était celle qui opposait les troupes coloniales françaises dirigées par Faidherbe aux troupes du royaume du Sine dirigées par Maad a Sinig Coumba Ndofféne Famàk Diouf, la bataille avait eu lieu à Logandéme un quartier de Fatick. Louis Faidherbe manifestait  sévèrement son autorité dans la colonie du Sénégal. Du royaume du Waalo, au Sine – Saloum en allant jusqu’en Casamance, plusieurs villages de tout cet espace ont été brulés par Faidherbe. C’est l’exemple des villages de la Casamance où Faidherbe avait envoyé en 1960 le Commandant Laprade pour punir certains villageois jugés très hostiles. C’était « l’expédition » de Caronne (Karone) et Thionk. Durant cette période le village de Hilor était incendié, l’un des fils du roi de Hilor était aussi tué. Toujours en Casamance, le capitaine Fulcrand qui agissait sous les ordres du Gouverneur Faidherbe avait détruit le village de Dioudoubou, tout de même le village de Niagabar était également incendié, et cela en 1861. C’est clair, tous les Gouverneurs de la colonie du Sénégal n’étaient pas des assassins, mais Faidherbe était un grand assassin.

-Faidherbe était – il un raciste ?

Pour cette question Faidherbe lui-même nous l’a confirmée dans son livre intitulé « Grammaire et Vocabulaire de la langue Poul » en parlant des Noirs, voici ce qu’il avait écrit : « Tout ce que l’on peut dire, c’est que si, dans leur jeunesse, l’intelligence (des Noirs) parait quelquefois même plus précoce que celle des Blancs, l’âge de la puberté semble arrêter d’une manière fâcheuse leur développement intellectuel… L’infériorité des Noirs provient sans doute du volume relativement faible de leur cerveau ». A travers ces écrits de Faidherbe, nous pouvons dire qu’il est raciste avant même de prendre compte des autres actes inhumains qu’il avait fait dans la colonie du Sénégal (bruleur de villages négres, fusilleur de personnes…). Louis Léon Faidherbe peut mériter un respect de la France coloniale mais ne doit pas mériter un respect de notre part.

-Quelques paradoxes :

La décolonisation toponymique a été amorcée depuis 1960 au Sénégal. Sauf que ce processus n’a pas été complet. Chose compréhensible pourtant, parce que les noms des rues et édifices publics ne peuvent être changés globalement. D’autres personnages de l’époque coloniale ont fait beaucoup de choses positives pour le Sénégal. L’apport des autorités coloniales à la colonie du Sénégal n’a pas été que négatif, il faut au moins le reconnaitre. De la construction des chemins de fer, à celle des écoles et autres ont été non seulement bénéfique pour les européens mais aussi très utile pour le Sénégal. C’est pour cela que Léopold Sédar Senghor disait que « la colonisation est un mal nécessaire ». Autrement dit, il y a des méfaits et des bienfaits de la colonisation.

En outre, quant au débat sur le déboulonnement de la statue Faidherbe de Saint – Louis du Sénégal, il faut au moins oser le dire et l’écrire, cette statue de Faidherbe doit être déboulonnée et mise dans un musée. Faidherbe ne mérite pas le respect des Sénégalais, c’était un grand assassin qui avait tué anormalement beaucoup de Sénégalais. Certains colons avaient tenu des propos scandaleux sur les Noirs et les chefs religieux du Sénégal. Tel fut le cas de Faidherbe. Les destructions de ces statues représentant des personnages racistes dans le monde ont pour cause générale la mort de Georges Floyd aux Etats – Unis, un acte raciste et inhumain vigoureusement condamné un peu partout dans le monde. Et voilà ! Cette vague de mécontentement a atteint aujourd’hui le Sénégal où plusieurs jeunes sénégalais, particulièrement de la région de Saint – Louis avec la mise en place du « Collectif Faidherbe doit tomber » exigent d’ores et déjà le déboulonnement de cette statue. A vrai dire, cette statue de Faidherbe doit être déboulonnée. Malheureusement, cette statue de Faidherbe continue de trôner sur la ville de Saint – Louis.

Cependant, d’autres paradoxes méritent d’être soulignés. La ville de Saint – Louis du Sénégal est un nom donné par les colons, normalement Saint – Louis devait être appelé Ndar – Guedj. De même Richard – Toll est un nom donné en hommage à un jardinier colon controversé Jean Michel Claude – Richard, un collaborateur d’un gouverneur vendeur d’esclaves. Allons – nous changer ces noms aussi ?                         Qui plus est, nos lois et institutions sont souvent des copier – coller des lois et institutions françaises ? Notre monnaie le FCFA, on n’en parle même pas. D’où l’importance de finaliser notre indépendance sur tous les plans.

En somme, ce débat national sur le déboulonnement de la statue Faidherbe de Saint – Louis mérite d’être analysé très profondément, car ce débat dépasse largement le déboulonnement de la statue de Faidherbe. Comme quoi, nous devons finaliser notre décolonisation, voire même notre indépendance sur tous les plans (institutionnel, sociale et économique). Certes, nous n’avons pas un sentiment anti – français au Sénégal. Mais nous sommes plutôt animés par ce désir d’obtenir totalement notre indépendance sur tous les plans.

Sénégalais et Sénégalaises, allons – nous accepter d’être éternellement des colonisés heureux ?

Référence :

-Diouf (Cheikh), Fiscalité et Domination Coloniale : l’exemple du Sine : 1859 – 1940, Université Cheikh Anta Diop de Dakar, 2005

Faidherbe (Léon), Grammaire et vocabulaire de la langue Poul, Paris, Maisonneuve et Cie, 1882

-Klein (Martin A.), Islam and imperialism in Senegal Sine – Saloum, 1847 – 1914, Edinburgh University Press, 1968, p.55-59

Moulaye Bacary Tamba

Historien 

Membre de la Fondation Konrad Adenauer

Membre de l’ACT (Alliance pour la Citoyenneté et le Travail)