Ultimate magazine theme for WordPress.

Sénégal : Plus de 70% de la population souffrent des maladies thyroïdiennes

0

Les maladies thyroïdiennes touchent plus de 70% de la population, au Sénégal, dont les enfants. La révélation a été faite par les experts à l’occasion de la célébration hier mardi, 25 mai, de la journée mondiale dédiée à la maladie. Une pathologie essentiellement causée par le stress, d’après les explications du Pr Demba Diédhiou, reprises par L’As.

Les maladies de la Thyroïde sont une pathologie causées par le stress. D’après le Pr Demba Diédhiou, spécialiste en endocrinologie-diabétologie à Abass-Ndao, la maladie peut toucher tout le monde aussi bien les personnes âgés que les enfants.  » Chez les enfants, elle peut concerner ce qu’on appelle l’hyperthyroïdie congénitale. C’est une anomalie pendant la grossesse. L’enfant peut être aussi concerné par d’autres pathologies parmi lesquelles : une hydro thyroïde qui entraine un retard de sa capacité intellectuelle. Il peut être atteint de la maladie de Basedow qui est souvent provoquée par le stress pendant le sevrage. A cela s’ajoutent les violences faites aux enfants. Ces violences peuvent être source de stress et de difficultés morales « , a-t-il déclaré.

Le Pr Demba a par la suite souligné que l’hyperthyroïdie se manifeste par l’amaigrissement, la nervosité, la difficulté à respirer, l’anxiété, les troubles de sommeil en autres. Poursuivant, il a ajouté :  » Plusieurs complications peuvent survenir avec les maladies Thyroïdiennes. Les premières sont le retard mental chez l’enfant, les complications en rapport avec l’évolution de la maladie. Dans certaines situations, on peut avoir un cancer. Le traitement dure 2 ans. Il y a trois façons de traiter ces maladies. On a le traitement médical, chirurgical et radioactif « , prévient-il.

« Pour ce qui est de la femme enceinte, il est préconisé avant même de tomber enceinte d’attendre que la maladie soit stable. C’est pourquoi en cas de complication thyroïdienne, il est recommander de faire une contraception pour que le traitement soit stable, sinon la femme fait face à des avortements à répétition. Et il y aura des difficultés en rapport avec l’accouchement aussi bien chez la femme que chez l’enfant ».

Laisser un commentaire