Sénégal : Quand opposition rime avec…insultes, mensonges et

REPENSER OBLIGATOIREMENT NOTRE MANIÈRE DE PROCÉDER EN POLITIQUE, POUR UN SÉNÉGAL ÉMERGENT.

Par Bacary Seck

Le Sénégal, un petit pays du point de vue de sa superficie, mais vaste de par le nombre impressionnant de parti politiques: plus de trois cents. Cette pléthore de formations politiques devrait jouer un rôle tel que, n’importe quel gouvernement en place puisse bénéficier d’avis aussi riches que possible sur bien des questions, pour pouvoir emprunter la voie du développement. Malheureusement, le constat est autre et très amer.

En effet, aussi loin que remontent nos souvenirs (depuis le Magistère du Président Abdou Diouf), les chefs de partis politiques, pour une cause ou une autre, s’allient au gouvernement en place par pur intérêt. Bien entendu, certains nous sortiront la thèse selon laquelle ce serait pour l’intérêt de la Nation car leur compétence avérée a été mise au service du pays. Nous aimerions bien que cela soit vrai, d’autant plus que le pays a besoin de toutes les aptitudes pour enfin s’extirper de la boue du sous-développement.

Inopportunément, ce que nous constatons n’est autre que ce que nous pouvons assimiler à de la « prostitution politique », car les leaders politiques migrent tels des oiseaux au gré des circonstances du moment. Et le plus souvent, c’est pour des raisons pécunières ou pour entendre « Monsieur le Ministre ». En tout état de cause, ce genre de pratique « obscène » (car nous l’assimilons à du proxénétisme) contribue au recul de cette démocratie dont nous nous vantons tant.

Comme nous l’avons signalé plus haut, cette pratique est présente depuis les années 80, et le plus en vue dans cette émigration est de loin le Parti Démocratique Sénégalais (PDS) avec Abdoulaye Wade, Idrissa Seck entre autres qui, plusieurs fois, sont entrés dans le gouvernement du Président Abdou Diouf. Et ces migrations intempestives s’opèrent toujours au lendemain d’une élection (où naturellement les férus de cette pratique sont battus à plate couture).

Et depuis, c’est comme si les politiciens (ou du moins dans leur grande majorité) en ont fait une règle sine qua none pour exister, politiquement parlant. 

Par conséquent, cette pratique freine notre développement et notre démocratie. La politique, comme nous la percevons, n’est pas un art (de gérer la cité) comme tout le monde le dit. Mais elle est une manière d’être, une façon de penser, un désir et une volonté sans faille de faire avancer la cité. Et si nous nous basons sur cette philosophie, nous pouvons avancer sans risque de nous tromper qu’elle est mal faite chez nous, à cause d’une opposition qui ne connaît pas son rôle. Au Sénégal, opposition rime avec dénigrements intempestifs, insultes, suppositions, mensonges… Et pire encore, la tendance est, de nos jours, les insultes aux institutions de la république, notamment le Chef de l’État. Quand, par exemple, un député, sensé respecter les institutions de la République, se permet d’insulter publiquement le chef de l’État en le traitant de « vol…. »(j’ai même honte de le prononcer), nous sommes vraiment dans un monde à l’envers. Et pourtant, lorsqu’on veut parler d’un député, on met l’adjectif honorable devant. Mais, le Président de la République, n’est-il  pas plus honorable qu’un député? qu’un ministre?  Pourquoi certaines personnes, pour essayer de s’exprimer ou de donner leur point de vue, ont besoin d’être arrogantes ( voire incorrectes)?

Ce comportement des gens supposés connaître et respecter les institutions, a ouvert la voie à la série de dérapages verbaux auxquels on assiste en ce moment au Sénégal. Nous sommes en droit de nous demander dans quel état…d’ébriéte étaient ces gens pour avoir le cran de s’attaquer ouvertement et publiquement à SEM Macky Sall.
Il est temps d’infliger de lourdes sanctions à ce genre de personnes pour leur ôter l’envie de recommencer. Il est inadmissible que des gens se servent des réseaux sociaux pour insulter les gens à tort et à travers. Les gens doivent non seulement respecter chaque être humain, mais plus particulièrement une institution de la République. Nous devons être en mesure de donner nos points de vue sur n’importe quel sujet sans pour autant utiliser un langage indigne d’un être humain du 21ème siècle. Nous sommes certes dans un pays dont la démocratie est vantée et citée en exemple dans le monde entier, mais démocratie ne signifie nullement anarchie.
Rappelons ici que notre pays a toujours été cité en exemple pour ses valeurs nobles, le sens de la retenue de ses habitants.  » Les insultes sont le propre des gens n’ayant pas d’arguments pour défendre leurs idées ».

Comment, avec ces genres de comportement, pouvons-nous avancer ? 

Pourquoi notre opposition ne joue-t-elle pas pleinement son rôle ? Elle devrait pouvoir faire des propositions concrètes en lieu et place des affabulations qui ne mènent à rien, sinon à des discussions puériles. Mais au lieu de cela, ces gens-là préfèrent attendre qu’une brèche s’ouvre pour qu’ils s’y engouffrent et deviennent ministre. Ils restent dans le gouvernement jusqu’à la veille d’une élection pour en sortir et recommencer à jeter l’opprobre sur ce même gouvernement qu’ils viennent juste de quitter. Ils sillonnent le pays pour prêcher la mauvaise parole. Mauvaise parole? Oui, car il suffit de suivre la logique pour s’apercevoir que ces gens n’ont aucune…logique : faire partie d’un gouvernement (être au cœur des choses), ne jamais dire non à quoi que ce soit, en sortir pour le critiquer? Il n’y a qu’au Sénégal que cela existe. En plus de cela, au moment où ils critiquent, ils reçoivent pendant six mois leur salaire de ministre. Paradoxal !

L’autre aspect de la question, c’est que cela inhibe le développement de notre pays. Beaucoup de leaders politiques ou de politiciens (simplement), pour ne pas se frotter à la justice après avoir géré des deniers publics ( une gestion nébuleuse), se complaisent à rallier ipso facto le parti au pouvoir, et être ainsi sous l’aile protectrice du pouvoir. Ils sont nombreux à avoir emprunté ce chemin laconique pour échapper à dame justice. Et, résultat des courses, ils ne sont plus inquiétés après s’être sucrés sur le dos des Sénégalais. Cette attitude (que cautionnent souvent les dirigeants de parti que se retrouvent à la tête du pays) contribue à appauvrir notre pays. Combien de ministres, de directeurs généraux, de PCA….ont usé du même subterfuge pour ensuite se la couler douce au moment où le peuple impuissant face à cette calamité n’a plus que « les os pour pleurer »?

Que dire aussi des militants qui, au lieu de se préoccuper du devenir de leur patrie ou réfléchir sur ce qu’ils devraient apporter à leur pays, prennent la politique pour un canevas de bonification ou de promotion. Et cette pratique est très répandue. Nombreux sont les militants qui, au nom des miettes qu’ils récoltent chez les leaders n’hésitent jamais à mettre de côté leur dignité ou renier leurs principes. Ils retournent leur veste autant que possible pour parvenir à leurs fins. Ils ignorent sans doute qu’en procédant ainsi, à la longue, ils n’auront plus de crédibilité. Ils seront considérés comme des sangsues qui sont d’ailleurs nuisibles à l’être humain.

À l’heure actuelle, un nouvel esprit politique devrait être de rigueur au Sénégal. Un esprit politique sain, sans lequel le pays ne pourrait avancer.

Il faudrait d’abord que les partis politiques (les leaders) sachent que la politique n’est pas l’art de duper le peuple; elle n’est non plus l’aptitude à avoir plusieurs échappatoires ( comme les souris) pour s’y faufiler dès que les choses se corsent. Elle n’est, encore moins, un canal d’enrichissement. La politique, si on la mène bien, est l’aptitude de mener un peuple vers la paix, la sécurité, l’épanouissement, le travail, le progrès… Dans toutes les grandes démocraties qui ont eu à se développer, au point d’obtenir le nom de « puissances », les acteurs politiques mènent une lutte saine. Et ces luttes se passent uniquement durant les élections. En dehors de ces dernières, la gauche comme la droite réfléchissent sur comment faire sortir leur pays de tel ou tel autre engrenage, quelle solution trouver pour tel problème. Contrairement à ces pays, au Sénégal, les gens se méprennent réellement sur ce qu’est la politique, son sens, sa finalité.

La politique, ce n’est pas mépriser le peuple (c’est le peuple qui a mis les dirigeants là où ils sont), mais c’est travailler de sorte à mettre ce dernier dans les conditions optimales de bien-être et de bonheur. Et pour ce faire, les politiques doivent revoir leur façon de faire, aussi bien les gens du pouvoir que ceux de l’opposition. Gouverner ne signifie nullement être au-dessus de tout, ni être arrogant, imbu de sa propre personne. Tout comme s’opposer ne veut pas dire être déplaisant au point de….mentir, inventer, ne jamais reconnaître les qualités de celui qui gouverne, être fataliste. Le pouvoir et l’opposition sont condamnés à se côtoyer, à réfléchir ensemble sur les destinées du pays. Nous devrions, dans ce pays rempli d’aptitudes professionnelles, de gens dont l’expertise est avérée, assister à des débats d’idées qui iraient dans le sens de parfaire la cité, de trouver des solutions aux problèmes. Cela ne signifie nullement que les politiques doivent transhumer au gré des circonstances fâcheuses ou économiques, mais chacun, selon sa position, doit être capable de réfléchir positivement sur comment contribuer à sortir ce pays de l’ombre, avec la fidélité pour servir la nation, l’esprit civique et l’engagement patriotique pour l’intérêt national.

Le Sénégal nous appartient à tous et nous ne sommes nullement des ennemis pour nous regarder en chiens de faïence.

Chaque partie (pouvoir comme opposition) doit apporter sa pierre à l’édifice de la démocratie au service du peuple, rien que pour le peuple, son développement, son épanouissement et non de se servir soi-même. Mieux vaut « se demander ce que l’on pourrait apporter à son pays et non ce que le pays peut t’apporter ».

M.Bacary Seck, président et coordonnateur du M.A.C.K.Y (Mouvement d’Adhésion Citoyenne « Kooluté ak Yokuté »)