Somalie…Ces violeurs ont été fusillés sur la place publique

Deux hommes qui ont violé et tué une fillette de 12 ans en Somalie ont été exécutés ce matin par un peloton d’exécution choisi par le père de la jeune fille.

Aisha Ilyaas Aden a été enlevée dans un marché, violée et étranglée à mort près de son domicile à Galkayo, dans la région du Puntland, en février de l’année dernière.

Abdifatah Abdirahman Warsame et Abdishakur Mohamed Dige ont tous deux été abattus sur la place de la ville de Bossasso, sur la côte nord de la Somalie, après avoir été reconnus coupables de l’attaque choquante.

Son père, Ilyaas Aden, a déclaré avoir choisi l’équipe d’exécution pour les deux hommes condamnés pour son meurtre et les a appelés peu de temps avant pour leur demander pardon.

Le père d’Aisha, Ilyaas Aden, a déclaré à la BBC qu’il avait nommé leurs bourreaux et leur avait demandé pardon par téléphone avant d’être tués aujourd’hui.

Il a même dit qu’il s’était approché pour s’assurer qu’ils étaient morts après avoir vu l’exécution.

Il aurait également retardé l’exécution du frère de Warsame, Abdisalam Abdirahman, qui avait également été reconnu coupable des crimes, d’au moins dix jours afin que son cas puisse être réévalué.

« La violence sexuelle n’est malheureusement pas un événement choquant au Puntland », a déclaré en février Hawa Aden Mohamed, fondatrice du Centre d’éducation de Galkayo pour la paix et le développement, qui promeut les droits des femmes. « Pendant des années, il a été relativement courant. »

«Aisha est un cas vraiment tragique, qui a profondément retenti ici au Puntland. J’espère que ça va faire bouger les choses. La violence apparemment sans fin contre les femmes et les filles, où les hommes peuvent échapper à toute responsabilité pour ce qu’ils font, doit cesser.

La région semi-autonome du Puntland en Somalie a adopté la première loi du pays sur les délits sexuels en 2016, qui criminalise le viol, le harcèlement sexuel et les délits sexuels en ligne.

En vertu de la loi, ces hommes qui ont violé une adolescente en gang – avec une vidéo de l’attaque publiée sur les réseaux sociaux – ont été condamnés en 2017 à des coups de fouet et jusqu’à 10 ans de prison, pour certains et deux autres condamnés à mort.

Les militants affirment que la police n’est pas au courant de la violence à l’égard des femmes ou ne la considère pas comme un crime grave, ce qui dissuade les femmes de signaler les abus.