Ultimate magazine theme for WordPress.

Sonko a la poisse : Après le scandale…voici les échecs

0

Le leader du parti des patriotes du Sénégal pour le travail, l’éthique et la fraternité (PASTEF), Ousmane Sonko, est un politicien atypique. Le député accusé de viols présumés par une jeune masseuse, lorgne le fauteuil présidentiel. Et pour cela Sonko ne lésine pas sur les moyens. Il est même prêt à marcher sur des cadavres pour y arriver. Mais le patriote en chef a la poisse. Voilà un homme qui a perdu tous les grands combats qu’il a entrepris. Même la présidentielle lui est passé entre les mains deux.

Ousmane Sonko est l’un des opposants les plus hostiles au pouvoir en place. Le leader de PASTEF ne rate jamais les occasions pour tirer sur le président Macky Sall et son régime. A chacune de ses sorties il montre toute la haine qu’il a pour le gouvernement. Il est le seul homme politique qui ose s’en prendre aux institutions de la Républiques. Mais son dernier appel à l’insurrection et ses nombreuses sorties médiatiques lui ont couté cher. Depuis lors, il est mort politiquement. Ces souteneurs lui ont tourné le dos.

Président du parti politique Pastef créé en janvier 2014, il est élu député à l’Assemblée nationale du Sénégal aux élections législatives de 2017 avec le système du plus fort reste. Sa candidature à l’élection présidentielle est validée en janvier 2019. Il termine à la troisième place de l’élection présidentielle du 24 février 2019 avec plus de 687 000 voix soit 15,67 %, derrière le président sortant Macky Sall et l’ancien Premier ministre Idrissa Seck.

Le rival déclaré de Macky enregistre ainsi sa première défaite politique. Mais depuis que le leader du parti Rewmi, Idrissa Seck a rallié la mouvance présidentielle, il est propulsé à la tête de l’opposition. Connu pour son hostilité contre le régime en place, Ousmane Sonko engage le bras de fer contre Mamour Diallo. Le leader de Pastef accusait Mamour Diallo d’avoir détourné 94 milliards dans l’affaire du titre foncier 1451/R d’une superficie de 254ha 13a 93ca appartenant aux héritiers de Djily Mbaye. Lesquels se sont rapprochés d’Atlas, fondée par Ousmane Sonko pour demander à son cabinet de diligenter le dossier.

Mais après de longues péripéties, Ousmane Sonko perd son second combat. La plainte qu’il avait déposée contre Mamour Diallo et consorts, a fait chou blanc. Condamné à ses dépens, il perd la juteuse commission qu’il devait encaisser dans cette affaire des familles et qui s’élevait à douze (12) milliards de francs CFA. Et, comme l’avait affirmé Mamour Diallo lors de sa première sortie publique sur cette affaire, « la réalité est autre », décrivant Ousmane Sonko comme une personne qui aime l’argent et les filles.

Ousmane Sonko qualifié d’éternel perdant joue ses dernières cartes dans l’affaire « Sweet Beauty ». Accusé de viols répétés présumés et menace avec arme à feux, le patriote en chef a intérêt à gagner son procès contre Adji Sarr. Une condamnation du leader de PASTEF dans cette affaire serait une tache d’huile dans sa carrière politique déjà entaché par les 12 jeunes morts lors des évènements du mois de mars.

A bien des égards, Ousmane Sonko est arrivé à un tournant de sa carrière politique où il n’a plus droit à une nouvelle défaite. Son parcours est déjà emmaillé de scandales et ne pourrait résister à une autre tempête médiatico-judiciaire.

Niakaar Ngom pour Xibaaru

laissez un commentaire