Ultimate magazine theme for WordPress.

Soumaila Manga tire sur la presse et fait la leçon à certains journalistes

0
QUAND LES ‹‹ MÉDIAMENTEURS ›› PRENNENT LE PAS SUR LES HOMMES DE MÉDIAS !…Par Soumaila MANGA
Il est constamment répété que les médias jouent le rôle de quatrième pouvoir. Ils s’étaient assigné la noble mission d’informer mieux, juste et à temps. Ils se devaient d’être l’œil et l’oreille du peuple occupé à faire fonctionner les différents secteurs d’activités économiques du pays grâce auxquels les impôts et taxes sont prélevés afin de faire fonctionner les divers segments de l’État.
Avec le temps, ce rôle hautement capital a été dévoyé par les hommes de médias eux-mêmes qui finissent par se transformer et former des ‹‹ Médiamenteurs ››. Ne commettons surtout pas la grossière erreur de mettre tous dans le même sac. Il y a encore de bons journalistes même si l’on les dissocie mal des ‹‹ Doulnalistes ››.
Ils ont commencé à pleurnicher sur le sort comme quoi le métier de journaliste ne paye pas assez. Les doyens ont commencé à déserter les rédactions pour se caser dans les ONG, services de communication ministériels, pôles de communication des politiciens et cabinets et directions divers. Ils ont mis leur personne au service de ceux qui leur assurent une bonne paie, logements, véhicules et autres avantages que les rédactions ne pouvaient pas leur offrir. Ces hommes de médias jadis respectés deviennent manipulables à souhait.
Se sentant menacés avec l’ampleur de la manipulation, certains hommes politiques et d’affaires créent, à leur tour, leurs médias auxquels ils définissent la ligne rédactionnelle. Certains proches du pouvoir vont même jusqu’à créer des médias fantoches dans le seul but de capter l’aide à la presse.
Ainsi, apparaissent des ‹‹ dames de compagnie ››, des mercenaires de la plume, des ‹‹ Doulnalistes ››, des ‹‹ Médiamenteurs ›› qui dictent leur loi dans l’espace médiatique au grand dam d’honnêtes citoyens.
Le ‹‹ Médiamensonge ›› devient la ligne rédactionnelle dans bons nombre de médias. À la place des hommes de médias, les ‹‹ Médiamenteurs ›› foisonnent. Le ‹‹ Doulnalisme ›› prend le pas sur le journalisme et les ‹‹ Doulnalistes ›› sont choyés à la place des journalistes. En lieu et place des infos, nous avons droit aux infox et les ‹‹Xibaar ›› disparaissent pour laisser place aux ‹‹ Fen-xibaar ››.
Voilà le triste sort de notre quatrième pouvoir au Sénégal. Une corporation incapable même de voir qu’il leur est imposé le respect de l’orientation sexuelle de tout groupe, fut-il LGBT, à travers l’article 18 du code de la presse.
Voici ce que dit l’article en question : ‹‹ Le journaliste et le technicien des médias doivent respecter la dignité humaine ; éviter toute allusion, par le texte, l’image et le son, à l’appartenance ethnique ou nationale d’une personne, à sa religion, à son sexe ou à son orientation sexuelle, ainsi qu’à toute maladie ou handicap d’ordre physique ou mental, qui aurait un caractère discriminatoire et/ou stigmatisant ››.
Heureusement que les réseaux sociaux sont là pour contrebalancer ce rôle néfaste de lynchage médiatique de ‹‹ Médiamensonge ›› et de l’omerta imposée à une certaine catégorie des Sénégalais et sur certains sujets sensibles. C’est pourquoi, d’ailleurs, il y a aujourd’hui cet acharnement sur la nouvelle génération du clic, toute puissante face au fric et au flic du pouvoir en place.
Soumaila MANGA, Président Debout Pour La Patrie-DLP
Membre Mouvement JUSCA
Candidat ZIGUINCHOR JOGNA à la mairie de Ziguinchor

Laisser un commentaire