Transparence dans la distribution des vivres : ces écrivains qui ont déjà alerté

Beaucoup de Sénégalais demeurent perplexes, quant à la transparence et l’impartialité devant guider la distribution des vivres aux populations affligées par la crise du Coronavirus. Certains proposent , dans des plateformes, qu’il faut contourner les maires dont le culte de la rigueur, l’esprit républicain et le sens de l’humanisme laissent à désirer .Cependant , l’armée et la gendarmerie ,qui sont déclarées plus aptes pour distribuer les vivres sans parti- pris ni clientélisme politique, pourront bénéficier de  l’orientation et de l’appui en logistique des collectivités locales . Connaissant le professionnalisme et l’esprit républicain de ces forces de défense, il est bien possible qu’elles soient chargées d’encadrer et de mener les opérations de distribution des vivres sans pour autant qu’il y ait des frustrations ou un détournement d’objectif.

Si les populations expriment des craintes pour une distribution équitable et impartiale de ces vivres qui leur sont destinées, c’est qu’elles ont encore en mémoire l’alerte lancée par Sembène Ousmane, dans son film Guelwaar dont le héros éponyme sera assassiné pour avoir dénoncé le détournement de l’aide alimentaire par ceux que Chinua Achebe appelle les « men of the people « , c’est-à-dire les démagogues. La même pratique délictuelle relevant du manque d’humanisme de la part des policiers véreux est dénoncée par l’écrivain malien,  Modibo Sounkalo Keita, dans son œuvre L’Archer Bassari où le personnage principal, révolté par l’attitude ignoble des détourneurs de l’aide , s’est résolu à les poursuivre et les tuer au moyen de ses flèches empoisonnées qui ne ratent jamais leurs cibles .Ces deux auteurs ont décrit les pratiques loin d’être orthodoxes de nos hommes politiques qui se soucient plus de conserver et d’entretenir une clientèle politique que d’œuvrer pour le bonheur de tous .En auteurs engagés , Sembene et Keita ont alerté.