Wade invente un complot pour « tuer » Oumar Sarr, Amadou sall et…

PDS : Qui veut vraiment fomenter un complot ?

Quand on veut tuer son chien, la recette, elle est là, elle est toute trouvée. L’adage le dit, on l’accuse tout simplement de rage. Que voulez-vous ? Oumar Sarr, Babacar Gaye, Me El Hadj Amadou Sall, et tous les autres qui ont osé s’opposer au projet de dévolution monarchique de leur parti, sont accusés de coup d’Etat à l’intérieur du Parti démocratique sénégalais (PDS). Ainsi, ce sont eux qui veulent s’accaparer de tout l’appareil du PDS, ce sont eux qui fomentent un coup pour écarter Me Abdoulaye Wade et se positionner à la tête de leur parti.

Que vaut cette résolution finale d’une partie des femmes du PDS qui se réunissaient ce dimanche à la permanence de leur parti et qui accusent Oumar Sarr et compagnie d’avoir voulu perpétrer un coup d’Etat ? A ce que l’on sache, c’est bel et bien Me Abdoulaye Wade qui a donné mandat à celui qui fut son second au PDS, de participer au dialogue national, avant de se raviser tardivement parce que tout simplement, son fils Karim Wade qui vit son exil doré depuis le Qatar en a décidé autrement.

C’est ce même Me Abdoulaye Wade qui a décidé unilatéralement de restructurer les instances nationales du PDS, en y écartant du coup tous ceux qui pouvaient gêner son projet de dévolution monarchique les mettant dans des positions rétrogrades, tout en promouvant tous ceux qui sont considérés comme étant des conditionnels de son fils. Ce ne sont évidemment pas Oumar Sarr et compagnie qui ont accepté de participer au dialogue national pour tout simplement livrer poings et pieds liés le PDS au Président Macky Sall. Il existe véritablement un mensonge au PDS. Un mensonge grossier. Peu importe, si c’est une dame de moindre envergure comme Woré Sarr qui se manifeste par son incurie intellectuelle que l’on utilise pour parvenir à une telle résolution.

Me Abdoulaye Wade, au pouvoir, avait manifesté la volonté de se faire succéder à la tête de l’Etat par son fils Karim Wade. Son projet de dévolution monarchique du pouvoir ayant échoué, il l’avait choisi, malgré qu’il le sût inéligible pour être le candidat du PDS à l’élection présidentielle de février 2O19. Résultat des courses, pour la première fois depuis 1978, le PDS n’a pas participé à une élection présidentielle. Aujourd’hui, Me Abdoulaye Wade revient à la charge pour tout simplement que son fils le succède à la tête du PDS. L’enjeu est de taille. Karim Wade à la tête du PDS, il se voit taillé sur mesure le statut de Chef de l’opposition.

La rédaction de Xibaaru