Ultimate magazine theme for WordPress.

Wade malade, Karim en exil…Qui signe au PDS ?

2

Le Parti Démocratique Sénégalais (PDS) est-il l’otage de deux ou trois personnes qui font croire que tous les communiqués sont signés de Me Abdoulaye Wade ? Toutes les décisions du PDS sont signées par « Le Secrétaire général national Me Abdoulaye Wade » avec une signature électronique non authentifiée apposée au bas des documents. Ses documents ont-ils vraiment eu l’aval du secrétaire général national Me Abdoulaye Wade ? Et le candidat du PDS à toutes élections, Karim Wade, absent du pays depuis 6 ans et aphone, ne gère pas directement le parti.

Que se passe- t-il au PDS, ce vieux parti né en 1974, dirigé par la famille Wade et porté au pouvoir en 2000 ? Ce parti libéral souffre aujourd’hui de l’absence de toute la famille Wade. Le père fondateur coule une retraite paisible à l’âge de 96 ans loin du Sénégal. Et selon certaines indiscrétions le vieux comme on l’appelle, serait souffrant et vivrait tout seul sans ses enfants et petits-enfants. Une situation loin des réalités africaines.

Karim Wade l’héritier du parti et de la famille est en exil au Qatar. Selon plusieurs témoins, son exil forcé s’est transformé en « Khawaré » (soirée de réjouissances) où il reçoit toutes les délégations africaines (hommes d’affaires) ou afro-américaines (artistes et industriels) pour le compte de l’émir du Qatar. Aujourd’hui, Karim Wade est devenu le MC (master of ceremony) au service de l’émirat dans le but d’en faire la promotion à travers le monde. Karim Wade a oublié le PDS, le Sénégal et même son devoir de fils envers son « vieux » père…

Et c’est dans cette ambiance morose que le parti démocratique Sénégalais se gère par des décisions « in absentia ». Toutes les décisions sont prises par des responsables absents qui sont loin du terrain politique. Fini le temps où Wade s’absentait un an voire deux ans et revenait triomphalement au Sénégal, accueilli par de longues processions de militants et sympathisants qui l’accompagnaient de l’aéroport au Point E. Aujourd’hui, c’est une signature électronique qui remplace Me Abdoulaye Wade…

Les dernières décisions concernant l’installation et la composition du directoire national de campagne du PDS en vue des élections législatives ont été signées « électroniquement » par Me Abdoulaye Wade. Cela veut dire que sa signature enregistrée dans une clé USB ou dans un ordinateur, a été apposée au bas du document avec le nom de Me Abdoulaye Wade. Mais qui pourrait authentifier cette signature et garantir que c’est avec l’aval du Secrétaire général national, Me Abdoulaye Wade himself ?

Selon nos sources à Paris et Versailles, le « vieux » Abdoulaye Wade serait souffrant et ne peut même plus tenir un discours cohérent. Alors comment ce vieux de 96 ans (101 ans selon un témoignage de l’arrière-pays) peut-il encore gérer ce parti loin des théâtres d’opération et savoir exactement qui il faut à la place qu’il faut ? Et comment fera-t-il pour financer la campagne aux Législatives si l’on sait que le parti n’a même pas battu campagne aux élections locales ?

« Tous les rôles ont été distribués mais le parti n’a plus d’argent. » nous dit une source fiable qui rajoute : « pendant les Locales, le parti n’a eu aucun financement de la part du secrétariat national du parti et même Doudou Wade a eu toutes les difficultés à battre campagne. Karim Wade n’a rien fait et le vieux n’était pas bien. Maintenant, le parti compte sur son histoire et son passé pour engranger des sièges à l’Assemblée nationale »…

Et qui va décaisser pour la campagne ? « Le vieux ne peut plus sortir de l’argent car il n’en a pas. Et les financiers du parti ont été éconduits et humiliés par le fils du vieux…Karim Méissa. Aujourd’hui, la signature du vieux n’est plus « valable » auprès des créanciers car aucune garantie ne permet le remboursement. Tous les terrains du vieux aux alentours du siège du parti ont été vendus » selon notre source. Et Karim Wade est l’homme le plus endetté de l’Afrique de l’Ouest avec une dette de 138 milliards à payer à l’état du Sénégal…

Et la seule alternative pour le PDS est de partir en coalition avec d’autres formations politiques mais le président de la fédération nationale des cadres libéraux, Lamine Ba croit toujours à la force du PDS : « Donnez-moi un cas où vous avez vu le parti démocratique sénégalais aller suivre des gens pour aller aux élections ? Nous n’allons pas à des élections pour suivre ou être derrière qui que ce soit. Mais Nous mettons en place des coalitions pour prendre en charge les préoccupations des sénégalais et répondre à leurs attentes une fois à l’Assemblée nationale ».

La Rédaction de xibaaru

Afficher les commentaires (2)