Ultimate magazine theme for WordPress.

Zac Mbao : La Police fait tomber un gang d’agresseurs composé de mineurs

0
La police de la Zone d’aménagement concerté (Zac) de Mbao a mis fin aux agissements d’un redoutable gang de quatre agresseurs en série, dont le cerveau aux initiales B. M. Fall est un repris de justice. Ils opéraient en bande organisée dans le secteur et ses environs et ont accroché plusieurs victimes à leur tableau de chasse. Un élève en classe d’examen fait partie du groupe.
C’est la fin du règne de la terreur entretenu pendant longtemps par la redoutable bande du récidiviste caïd du nom de B. M. Fall. Qui a été finalement neutralisé avec ses trois lieutenants de gang, dont un élève en classe d’examen. Un démantèlement qui porte l’empreinte des hommes de l’ombre du commissaire de police Bintou Guissé, chef de service du commissariat d’arrondissement de la Zac de Mbao, en particulier à la cité Sagef de la localité et ailleurs.
Plusieurs cas d’agression, beaucoup de plaintes à la police
B. M. Fall et ses trois hommes faisaient auparavant l’objet d’intenses recherches par les éléments de la brigade de recherche du commissariat d’arrondissement de Zac Mbao, qui ont enregistré plusieurs lettres-plaintes pour agression suivie de vol de la part des habitants de la localité. Ces derniers se plaignaient des agissements délictuels de la bande au repris de justice nommé Fall, qui usait de leurs armes blanches contre les proies dures à cuire dans le but de les contraindre à lâcher prise avant de les dépouiller de leurs biens matériels puis disparaître dans la nature. Ils ont eu à détrousser sous la contrainte de leurs couteaux et autres machettes une dame, qui détenait un sac à main contenant ses téléphones portables et son argent.
Le caïd tombe le premier, avoue tout et balance ses camarades
Face à la série d’agressions, les flics lancent la chasse à l’homme contre les malfaiteurs. Mais, par souci d’efficacité, ils se la jouent discret, infiltrent les milieux interlopes de la cité et mettent à contribution leurs agents de renseignement dans les différents quartiers. Ainsi, ils identifient le cerveau de la bande du nom de B. M. Fall, le localisent et l’interpellent sans son arsenal de raids. Ils le reconnaissent aussitôt pour l’avoir écroué puis déféré devant le parquet du Tribunal de grande instance de Pikine/Guédiawaye pour des faits de vol avec violences et usage d’arme blanche contre d’honnêtes citoyens.
Les agresseurs âgés entre 16 et 18 ans
Cuisiné au commissariat, le caïd passe aux aveux et revendique avec son gang la paternité de plusieurs cas d’agression dans le secteur. Il se montre coopératif, explique leur modus operandi aux enquêteurs et balance ses trois lieutenants de gang, dont l’élève en classe d’examen. Les agents patrouilleurs relancent la traque, débusquent ces derniers puis les coffrent. Ceux-ci ont reconnu à leur tour les faits. Tous les quatre ont été déférés, hier, au parquet pour association de malfaiteurs et vols avec violences commis en réunion, entre autres. Leur tranche d’âge varie entre 16 ans et 18 ans
Source : Les échos
laissez un commentaire