Ultimate magazine theme for WordPress.

Les 3 éléments qui ont fait échouer la « seconde vague » de Sonko

0

L’inter-coalition Yewwi Askan Wi-Wallu Sénégal est allée outre les recommandations de l’autorité préfectorale qui interdisait tout rassemblement en cette période de précampagne électorale. Ousmane Sonko et certains de ses camarades ont manifesté ce vendredi dans les rues de Dakar. Cette manifestation devait être la seconde démonstration de force de cette alliance. Malheureusement, elle n’a pas eu les effets escomptés. Les personnes les plus sceptiques parlent d’échec après les nombreux appels lancés par les leaders. Et trois facteurs sont la cause de ce qui pourrait être appelé un « échec frontal ».

Refus des jeunes de répondre au suicide de Yewwi

« L’interdit nous attire », cette citation résume la mentalité de certains leaders de Yewwi Askan Wi. Ils ont manifesté malgré l’interdiction du Préfet de Dakar. Cette coalition de l’opposition comptait rééditer le coup de mars 2021. Mais cette fois-ci, les jeunes n’ont pas répondu présent à l’appel de Sonko. Xibaaru qui a fait le tour des quartiers chauds de Dakar a pu constater que les jeunes n’étaient pas aussi nombreux que le patriote en chef l’aurait voulu. Les jeunes de Pastef ont concentré toute leur force sur les réseaux sociaux. Leur faible nombre a permis aux forces de défense et de sécurité de prendre le contrôle de la maison de Sonko.

Un autre fait qui explique cette faible présence des jeunes est la prise de conscience. Même si Macky Sall a lamentablement échoué sur sa politique sociale, les jeunes ont refusé de s’adonner à tout acte de vandalisme. Seule la station Total de Colobane a été touchée par quelques manifestants. Ce qui prouve que le second facteur a eu les effets escomptés pour faire régner l’ordre.

Antoine Diome prend les devants et cantonne Yewwi

sonko
le ministre de l’Intérieur Antoine Diome (premier plan) a fait échouer le plan de Sonko (arrière plan)

Macky Sall ne badinait pas lorsqu’il disait que ce qui s’est passé au mois de mars n’allait plus se reproduire. En voyant l’important dispositif sécuritaire mis en place, on peut comprendre que les autorités avaient déjà pris les devants. La place de la Nation était bunkerisé avec une forte présence de la Police. Le domicile de leaders comme Ousmane Sonko étaient sous le contrôle des forces de sécurité sous le regard impuissant de ses partisans. Pour parer à toute trouble sur la VDN, la Gendarmerie a “séquestré” les militants de Yewwi dans les sièges respectifs de Pastef et du PRP.

Le ministre de l’Intérieur, Antoine Félix Abdoulaye, a bien mené ses hommes. Sinon, les manifestations auraient débordé et la seconde vague de Sonko aurait été inévitable. Aidé par le premier flic de la République, le locataire du Palais a réduit la rébellion à sa plus simple expression.

Les manifestants orphelins de leurs commandants

sonko
les membres de la conférence des leaders de Yewwi Askan Wi

Mais le fait marquant de cette manifestation est l’absence des leaders de Yewwi Askan Wi dans le combat. Ousmane Sonko, qui a passé tous ces derniers jours à appeler à la confrontation, était incapable de sortir de chez lui. Le doyen Habib Sy et Khalifa Sall ont disparu des radars. Du haut de sa maison, Barthélémy Dias ne pouvait qu’apprécier la situation au moment où ses jeunes faisaient face à la Gendarmerie. Les rares leaders qui ont posé le pied dehors ont été embarqués illico-presto par les forces de sécurité. Cette absence de véritables leaders dans le combat a fortement joué dans le moral des troupes.

La journée du 17 juin ne sera sûrement pas dans les annales de l’histoire. Yewwi Askan Wi qui avait appelée à un mortal combat a été incapable de réaliser son rêve. Triste tonalité de cette journée, deux personnes ont perdu la vie dans ce nouvel appel d’Ousmane Sonko. Désormais, Macky Sall et le leader de Pastef doivent tirer toutes les leçons de leurs actes.

Aliou Niakaar Ngom pour Xibaaru

laissez un commentaire