3 Mai…La presse sénégalaise étale ses maux

En cette matinée du 3 mai, la presse s’est levée aux aurores pour répondre à l’appel de la Coordination des Associations de Presse (CAP). Le Sénégal n’a pas été en reste dans la célébration de cette journée internationale de la liberté de la presse.
Toute la presse sénégalaise s’est donnée rendez-vous devant le siège du ministère de la culture et de la communication. Face aux caméras du monde elle est revenue sur les nombreux problèmes auxquels ils font face au quotidien, sur le terrain mais aussi au sein des rédactions.
« La presse est un acteur incontournable et nous n’accepterons pas que cette presse soit mise dans une corbeille. Quand le pays bouillonne, la presse est toujours là. Si cette presse est muselée c’est parce qu’elle est divisée », a lancé Sambou Biagui qui invite à plus de respect et de considération pour cette. Mais aussi demander à la presse de s’unir pour faire front commun.

Le président de l’Association de la Presse pour l’Entraide et la solidarité (APRES) a, aussi, lancé un clin d’œil à la presse international qu’elle n’a pas manqué d’encourager pour le travail abattu.

Le président de la convention des jeunes reporters (CJRS) n’y est pas allé avec le dos de la cuillère pour dénoncer les maux dont souffrent la presse sénégalaise. « La presse est une famille. Nous invitons les patrons de presse au respect de la Convention qu’ils ont signé et qui est entré en vigueur depuis longtemps », a-t-il lancé sèchement. Avant de préciser : « Les jeunes reporters ont rempli leur part c’est à vous de remplir votre part », dit-il.
A préciser que les acteurs du forum civil, les politiques, les syndicalistes et les anciens journalistes ont tous répondu à l’appel de la CAP ce lundi 3 mai 2021.

 

Aliou Niakaar Ngom 

laissez un commentaire