Accusé Macky de l’émigration Clandestine c’est malhonnête…selon Souleymane Amadou Hanne

L'armée sénégalaise proposée comme un solution pour freiner l'émigration clandestine
« Barça wala Barsax »
La vie de l’être humain est consubstantiellement liée à sa quête du bonheur sur terre…et au-delà. Et dans cette « pursuit of happiness » l’homme a toujours emprunté les chemins de l’exode, de l’exile ou du nomadisme. Ainsi, quitter sa terre d’origine pour des milieux plus hospitaliers et accueillants est intrinsèquement lié à l’histoire de l’humanité. Il est donc tout à fait acceptable de voir des individus très mal à l’aise dans leur milieu d’origine de choisir les routes de l’immigration parfois temporaire ou définitive. D’ailleurs, des communautés entières ont choisi cette voie de l’immigration pour construire une communauté, des cités, des nations (Les Etats Unis d’Amérique, l’Australie…).
Cependant, ce phénomène migratoire posera certainement des problèmes lorsqu’articulé sur une base clandestine. Des centaines de jeunes sénégalais, sous le vocable de « Barça wala Barsakh » c’est-à-dire atteindre Barcelone ou mourir, perdent leurs vies en mer dans de frêles embarcations « cayucos ». Ce drame nous touche profondément, nous interpelle dans l’action et la réflexion dans le but de trouver des voies et moyens pour freiner ce phénomène.
Tout d’abord, nous nous inclinons devant la mémoire des disparus et présentons nos sincères condoléances les plus attristées aux familles des victimes. Qu’Allah le Tout Puissant les accueille dans son Paradis. Paix à leurs âmes. Et que les rescapés retrouvent paisiblement leurs foyers. Amen.
Depuis quelques temps, des milliers de jeunes sénégalais empruntent la voie de l’immigration clandestine par des rustiques pirogues artisanales pour rejoindre l’Europe. Ils ont eu écho d’un manque cruel de mains d’œuvre en Europe suite aux conséquences de la pandémie du Covid-19. Au Sénégal, des milliers de jeunes ont subi de lourds préjudices dans leurs activités souvent ralenties ou paralysées. Certains parlent de la raréfaction de produits halieutiques à cause des accords de pêche.
Il faut aussi le reconnaître que la Covid-19 n’en est pas la seule raison ; la jeunesse sénégalaise, dans sa grande majorité étouffe : chômage endémique, précarité de l’emploi, l’importance du travail informel et surtout un système social et culturel qui prive l’individu d’une certaine liberté de pouvoir se réaliser en tant que citoyen jouissant de tous ses droits de se loger, de se nourrir, de se soigner, de se marier, d’avoir des enfants, finalement de vivre décemment. Par ailleurs, le phénomène de l’immigration clandestine n’est pas nouveau et existe depuis des décennies, depuis les années 90. Ainsi donc, vouloir attribuer cet échec et ces drames à la Gestion de la Cité de Son Excellence Monsieur Président de la République Macky SALL et de son gouvernement relève de l’amalgame, de la malhonnêteté, de la manipulation des masses et surtout d’une tentative de jeter le discrédit sur les politiques ambitieuses, courageuses et volontaristes du Président et son Plan Sénégal Emergent bien élaboré et exécuté avec succès.
En effet, jamais dans ce pays, autant d’agences, d’institutions et de programmes n’ont été créés et destinés à la jeunesse sénégalaise depuis des années. L’Agence Nationale pour la Promotion de l’Emploi des Jeunes (ANPEJ), la Direction Générale à l’Entreprenariat Rapide de Jeunes et des Femmes (DER), le Fond de Garantie des Investissements Prioritaires (FONGIP) et plus d’une centaine de centres et structures de formations ont été créés pour faciliter aux jeunes une formation et une insertion professionnelle. Des milliers de milliards ont été déjà injectés et le seront toujours par l’Etat et ses partenaires étrangers pour l’emploi des jeunes. L’exécution des programmes du PSE emploient déjà des milliers de jeunes dans tous les secteurs d’activités. Une croissance largement positive a été notée depuis. Malheureusement, la pandémie du Covid-19 a stoppé et causé d’ailleurs tous ces impairs dans la politique économique et sociale du pays, occasionnant du coup ce douloureux phénomène de l’immigration clandestine.
Ainsi, l’Etat du Sénégal sera toujours droit dans ses bottes face à toutes les critiques voulant lui attribuer exclusivement les drames récurrents de l’immigration clandestine.
Il faut redoubler les efforts pour faciliter l’accès aux crédits à tous les jeunes sans discrimination basée sur l’appartenance politique, économique, sociale, culturelle ou religieuse, multiplier les centres de formation, mais surtout sensibiliser et informer les jeunes sur les dangers de ce phénomène. On prie nos sœurs et nos frères déjà en Europe de ne pas véhiculer des messages incitant à pousser les jeunes restés au pays de tenter pareille aventure. Il faut aussi doter nos forces de sécurités de plus de moyens pour empêcher les départs dans un rôle de prévention surtout, mais de répression pour ces passeurs criminels.
En conclusion, nous, APR/Italie et nos autres camarades de parti, resterons debout et fermes pour toujours restaurer la dignité de notre jeunesse et soutenir notre Président et son gouvernement dans sa quête inlassable du bonheur de tous les Sénégalais.
Souleymane Amadou Hanne
Responsable APR Italie/Sénégal