Adama Gaye : « Le Tchad demeure une terre de feu »

C’était le Maréchal Deby…Par Adama Gaye
Blessé hier après-midi au front, İdriss Deby est mort cette nuit à 2 heures du matin, me dit une de mes sources du pays. Son fils, Mahamat Kaka Deby-İtno, chef de la garde présidentielle, qui se retrouve à la tête d’un Conseil de transition, ajoute à la confusion.
En plus d’une opposition classique fâchée du dernier braquage électoral par Déby, les membres de sa famille se chamaillent déjà sur son cadavre.
Son parent, membre comme lui de l’ethnie Zagawa, Timan Erdimi, devenu son opposant et qui est en exil au…Qatar n’entend pas laisser le fils Deby prendre le pouvoir. İl est rejoint dans cette posture par Yaya Djilo, neveu et opposant à Déby, dont la mère a été tuée lors d’une attaque de son domicile peu avant le scrutin présidentiel.
Quelle va être l’attitude de l’opposition classique et celle de la France?
Deby est mort au front comme un autre célèbre militaire Tchadien, le Commandant Djamous.
C’est une page qui se referme. Une nouvelle s’ouvre. En 1990, peu après le Sommet de la Baule, son prédécesseur, Hissène Habre, qui y avait ferraillé avec Mitterand, perdait le pouvoir.
Deby s’y incrustait. Quand je l’ai rencontré en 2002 à son palais de Ndjamena, ses yeux taquins roulaient dans tous les sens pendant que d’un bras d’honneur il me signifiait son dégoût d’un avion militaire français qui survolait ce qu’il considérait comme son refuge éternel.
Les yeux clos, il quitte en martyr du combat militaire et dictateur sur le front electoral la scène Tchadienne.
Dans un cafouillis politique et une crise économique complets. Le Tchad resonne des armes qui y tonnent. L’opposition armée Tchadienne, composée de membres de l’ethnie Gorane de son prédécesseur, Habre, réunis au sein du Front pour la concorde au Tchad, est désormais requinquée par la mort de Deby. Et, débardasses de leur terreur, les terroristes trinquent le champagne d’un nouveau jour, on peut penser que le pays est loin du bout du tunnel…
L’Afrique restera décidément la terre des surprises, la preuve par la sortie fracassante du Marechal…qui quitte le pouvoir au milieu d’une salve de coups de feu, dont l’un l’a fini. Le Tchad reste une terre de guerre sur fond d’ethnicisme et de positionnement politique et stratégique toujours plus complexe.
Le Tchad demeure une terre de feu, de guerre, ce qui est son identité, sa vie, depuis son indépendance.
Adama Gaye
laissez un commentaire