Corruption à l’IAAF: À quand la fin de l’Acharnement sur Massata Diack ?

Un lynchage médiatique, c’est ce que subit la famille en Europe. En effet, Lamine et son fils Massata sont laissés à eux même face aux Occidentaux qui veulent coûte que coûte leur coller le tort, par tous les moyens. Des sources proches de l’affaire nous ont révélé que même la justice contribue à cet acharnement médiatique en révélant aux organes de presse des dossiers de l’enquête afin de mettre la pression sur ces deux hommes.

Vu la pression juridico-médiatique exercée sur eux, l’on peut affirmer sans craindre que Lamine Diack et Massata Diack se trouvent entre le marteau et l’enclume.
D’après une source proche de Lamine Diack et de Papa Massata Diack, leur équipe juridique récuse non seulement la compétence des juridictions françaises dans cette affaire, mais aussi elle rejette les accusations du juge d’instruction Renaud van Ryumbeke qui, selon les conseillers des Diack, ne sont pas fondées.
« Lamine Diack n’avait jamais répondu aux questions des trois juges instructions sur le Qatar, Rio de Janeiro et Tokyo car il n’a jamais cru en leur compétence juridictionnelle » dixit notre source qui ajoute que « le juge est parti en retraite le 28 juin dernier en balançant tous les documents d’enquête à Mediapart, ARD, ZDF Allemagne, Le Monde et Guardian pour contribuer à l’acharnement médiatique ».
La même source fustige cet acharnement médiatique des Anglo-Saxons.
« C’est toujours l’acharnement médiatique des anglo-saxons et des juges français qui sont entrain de fuiter des éléments dispersés de l’enquête afin de faire réagir le fils de Lamine Diack », précise-t-elle.
Notre source dénonce également l’utilisation de cette affaire par le Président de la Fédération internationale d’athlétisme Sebastian Coe candidat à sa propre succession pour crédibiliser sa campagne électorale et jeter le discrédit sur les Diack, la semaine dernière à Doha.
« Il a toujours besoin d’utiliser l’affaire Diack pour crédibiliser sa campagne électorale. Ce sont des accusations fallacieuses et mensongères. En 2014, Massata Diack ne jouait plus un rôle au sein de l’Iaaf car il avait suspendu ses activités de consultance suite au scandale de dopage Russe. Toutes ses actions ont fait l’objet d’un rapport le 3 mai 2015 dont Sebastian Coe est dépositaire » nous a-t-elle-révélé.
Donc, « il faudrait se focaliser sur l’issue du procès en Janvier 2020, au lieu de tomber dans le piège des enquêteurs français qui veulent savoir quelles preuves Massata Diack détient » martèle la même source.
« Le coassement des crapauds sur le chemin du lion ne l’empêche de les écraser pour se désaltérer à la mare », dit l’adage. Donc Wait and see, car, l’ enquête pénale française ne se fera pas par voie de presse.