Affaire « Les Echos »…La justice doit poursuivre les commanditaires

Attaque contre le siège du quotidien Les Echos : La justice doit aller jusqu’au bout dans cette affaire

Les condamnations se multiplient après le saccage perpétré dans les locaux du quotidien Les Echos par des individus se réclamant du PUR. Ce quotidien fait ainsi les frais de l’information publiée avant-hier dans ses colonnes indiquant que le leader des moustarchidine wal moustarchidaty Serigne moustapha Sy est atteint ce la covid-19. Une information publiée dans les colonnes de ce journal et qui n’a pas plu à des talibés du chef religieux qui ont orchestré cette attaque dans les locaux de Les Echos. Cette attaque est intolérable et inadmissible. Elle doit être condamnée vigoureusement. A l’unanimité, des voix se sont élevées pour dénoncer une telle attaque qui relève de la barbarie.

Il convient également de saluer la promptitude dont ont fait preuve les forces de l’ordre en procédant à l’arrestation de six individus soupçonnés d’avoir participé à l’attaque. Une attaque revendiquée publiquement par le secrétaire national chargé de la Jeunesse du PUR Habib Ndiaye qui, comme pour narguer tout le monde et montrer que le mouvement agit en toute impunité, met en garde tous les organes de presse. « Un homme averti en vaut deux. Wa Salam. » Voilà ce qu’il a lancé.

Habib Ndiaye défie ainsi les institutions sénégalaises en ne se cachant pas pour proférer des menaces. Il n’y a plus de doute sur l’identité du commanditaire de l’acte lâche et barbare de cette attaque qui n’est pas seulement dirigée contre le quotidien Les Echos, mais contre la presse sénégalaise en entier.

Le Président de la République Macky Sall est ainsi interpellé par la presse dans son ensemble. La Justice doit aller jusqu’au bout dans cette affaire. De toutes les façons, ce n’est pas de cette manière que la presse va être intimidée. Il est salutaire que des arrestations d’auteurs présumés avoir participé dans ce saccage soient arrêtés. La justice doit cependant aller jusqu’au bout dans cette affaire. Les moustarchidines wal moustarchidaty n’en sont pas à leur premier coup dans ce domaine.

La rédaction de Xibaaru