Affaire Pétrole…Macky livre son frère à la Justice

En France où il se trouve en ce moment, le Président de la République, Macky Sall interrogé par Radio France internationale (RFI), s’est une nouvelle fois prononcé sur l’affaire Pétro-Tim. Le Président de la République réaffirme encore sa volonté de laisser la justice, elle seule d’enquêter sur cette affaire.

Voilà ce que le Président Macky Sall confie à RFI : « Mais cet article en tout cas, ce reportage de la BBC, a créé de l’émoi. Et sur cette base, j’ai moi-même saisi la justice pour qu’elle fasse les investigations, que ceux qui ont des évidences de corruption puissent le montrer. Donc la justice va certainement finaliser ce dossier. Mais une chose est claire, c’est que parler de 10 milliards, un scandale de 10 milliards, déjà c’est une aberration. Je dirais que c’est à la justice, à la justice seule d’enquêter s’il y a eu tentative de corruption ou pas. »

Les Sénégalais n’attendent pas moins, ni plus du Chef de l’Etat. Laisser à la justice, elle seule, sans aucune pression, enquêter sur cette affaire. Que cette affaire implique le propre frère du Président de la République ou un autre Sénégalais, il doit être de même. Nul n’a besoin de faire pression sur la justice, une fois qu’elle s’est saisie de cette affaire, et est en train de mener son enquête. Or, nous avons vu des hommes politiques de l’opposition en mal de popularité, qui malgré que la justice se soit saisie de cette affaire, cherchent à mettre la pression sur elle. Et c’est là où le bât blesse. Y’aurait-il une quelconque ingérence de l’Exécutif dans cette affaire, toute cette opposition se serait ruée pour crier à la manipulation de la justice. Pourtant, c’est elle qui tente de mettre la pression sur cette dernière dans le cadre de cette affaire.

Il existe un mal au Sénégal. Qui est, quand l’opposition obtient gain de cause devant la justice sur un dossier, celle-ci est « indépendante, composée d’hommes et de femmes intègres ». Seulement, quand cette même justice tranche contre l’opposition, c’est qu’elle est à « la remorque du pouvoir ».

La Rédaction de Xibaaru