Grâce de Khalifa Sall…Macky fait monter les enchères

Pas de grâce à Khalifa Sall : Non, Monsieur le Président !

Vraiment, le Sénégal est un pays de paradoxes. Il y a peu de temps, un vulgaire fossoyeur de notre économie, véritable délinquant sans foi, le nommé Mamadou Woury Diallo avait été pris en possession d’une importante quantité de faux médicaments dont la valeur est estimée à plus de 1 milliard de FCFA. Pris et condamné dans un premier temps par le tribunal, Mamadou Woury Diallo n’a pas eu besoin d’attendre que toutes les voies judiciaires concernant son dossier soient épuisées, afin de pouvoir bénéficier de la grâce présidentielle ou alors d’une liberté conditionnelle.

Contre toute attente, alors que ses avocats avaient fait appel de son premier jugement, Mamadou Woury Diallo va bénéficier de la grâce présidentielle, et ensuite recouvrer la liberté. On comprend le tollé qu’une telle décision avait suscité. Mamadou Woury Diallo mis en liberté par cette grâce présidentielle, les juges en charge de son dossier avaient refusé de s’associer à une telle mascarade et exercé de leurs pouvoirs pour que son dossier qui était toujours pendant devant la justice, soit jugé devant la Cour d’Appel qui le condamnera à une peine ferme de prison.

Le mal est déjà fait. Mamadou Woury Diallo profitant de sa mise en liberté à travers la grâce présidentielle, a eu tout le temps de s’échapper du Sénégal. Il est activement recherché. Directement visé dans cette affaire qui a secoué tout le Sénégal et suscité la colère de l’Ordre national des pharmaciens, Le Président de la République Macky Sall auteur de la grâce, dira avoir été induit en erreur dans cette affaire. Qu’il avait été abusé.

L’ancien maire de la Ville de Dakar, Khalifa Ababacar Sall est toujours en prison. Khalifa Sall a été condamné par la justice dans le cadre de l’affaire dite de la caisse d’avance de la mairie de Dakar. Toutes les voies judiciaires ont été épuisées dans le cadre de son dossier. Evidemment, il fallait arriver à une condamnation définitive de Khalifa Ababacar Sall pour empêcher à ses conseils de pouvoir valider sa candidature à l’élection présidentielle de février 2019 passé. Aujourd’hui, une large frange de la population composée de personnalités politiques, civiles et religieuses, demande au Chef de l’Etat de lui accorder la grâce présidentielle.

Faisant fi de cette demande devenue populaire, Macky Sall a décidé du maintien toujours en prison de Khalifa Sall. Après avoir évoqué le prétexte fallacieux que c’est à Khalifa Sall d’en faire d’abord la demande, le Président de la République qui profité bien de ses vacances en France, vient d’accorder une interview à Radio France internationale (RFI) pour soutenir qu’il refuse de subir la pression dans ce dossier.

Il indique : « La grâce est un pouvoir constitutionnel du Président de la République. Ça ne dépend que de lui, et de lui tout seul, et de son appréciation. Donc je ne peux pas discuter de ce que dit la presse par rapport à la grâce. Le jour où j’en aurai la volonté ou le désir, je le ferai comme j’ai eu à le faire. Annuellement, plus de cent personnes, voire un millier de personnes par an en moyenne bénéficient de la grâce. Justement, nous voulons revoir notre système pénal pour réduire le nombre de personnes en prison dans ce cadre-là. »

C’est parce que la grâce est un pouvoir constitutionnel du Président de la République, qu’une large frange de Sénégalais lui demande d’en faire recours pour accorder la liberté à Khalifa Ababacar Sall. Il s’agit d’une demande devenue une exigence nationale, contrairement pour le cas de ce vulgaire trafiquant de faux médicaments qui a réussi à obtenir la grâce, même si le Président de la République qu’il a été abusé dans son dossier. C’est sa parole.

La Rédaction de Xibaaru