Ultimate magazine theme for WordPress.

Aïssata Sall intriguée par l’éditorial « Spécial Mauritanie » du quotidien Le Soleil

0

QUOTIDIEN LE SOLEIL : L’honnêteté intellectuelle bafouée

J’ai parcouru votre éditorial « Spécial Mauritanie » du Lundi 15 février 2021. La richesse du contenu a démontré que vos envoyés spéciaux ont réaliser un travail titanesque car ils ont presque touché à tous les domaines de la société Mauritanienne.

Ce qui m’intrigue dans ce reportage de Trente-deux (32) pages c’est comment passer sous silence la forte présence de la communauté de Cheikh Ibrahima Niass en Mauritanie. Un pays où plus de la moitié de la population sont disciples de BAYE. Et je parle de la crème de cette population Mauritanienne autrement dit ces grandes familles Chérifiennes Niassène qui font la fierté de ce pays. Dont leurs parents furent les véritables propagateurs de la Tarikha Tidiane au Sénégal. Plusieurs filles de Cheikh Ibrahima y ont élu domicile et représentent avec leurs progénitures une notoriété et une autorité dans ce pays frère. Pour preuve durant la première phase de l’épidémie du COVID, une communauté religieuse Sénégalaise confrontée à un refus catégorique des autorités mauritaniennes pour rapatrier un corps en vain, mais il a fallu l’intervention d’une des filles de Cheikh Ibrahim pour décanter la situation relatée dans la presse. Un autre exemple pour illustrer l’influence de la communauté Niassène en Mauritanie, c’est lors des hostilités de 1989 entre les deux pays. Le défunt khalif Cheikh Abdoulaye Ibrahima Niass a voulu à l’époque se rendre aux obsèques du père du premier Président élu démocratiquement Sidi Cheikh Ould Abdallah de surcroît disciple de Cheikh Ibrahima Niass. A cette effet un avion spécial a été affrété pour ce voyage au moment où c’était la disgrâce totale entre ces deux pays. La sève de la Mauritanie c’est Baye Niass. S’il y’a un homme qui doit symboliser la parenté entre nos deux pays c’est bien Cheikh Ibrahima Niass. Hélas que cette fierté sénégalaise n’est pas mentionnée par des journalistes sénégalais qui ont surement eu à rencontrer des petits fils maures de Cheikh Ibrahim durant leur reportage.

 L’histoire retiendra. 

Mme Aïssata Sall 

laissez un commentaire