Alerte ! On vend des femmes noires en ligne comme…esclaves

Une enquête secrète menée par BBC News Arabic a révélé que des employés de maison sont illégalement achetés et vendus en ligne sur un marché noir en plein essor.

Une partie du commerce a été réalisée sur Instagram, propriété de Facebook, où les publications ont été promues via des hashtags utilisant des algorithmes et les ventes négociées via des messages privés.

D’autres listes ont été promues dans des applications approuvées et fournies par Google Play et l’App Store d’Apple, ainsi que par les sites Web des plateformes de commerce électronique.

« Ce qu’ils font, c’est promouvoir un marché des esclaves en ligne », a déclaré Urmila Bhoola, rapporteure spéciale de l’ONU sur les formes contemporaines d’esclavage.

« Si Google, Apple, Facebook ou toute autre société hébergent des applications comme celles-ci, elles doivent être tenues pour responsables. »

Après avoir été alerté, Facebook a annoncé l’interdiction d’un des hashtags en cause.

Google et Apple ont déclaré qu’ils travaillaient avec les développeurs d’applications pour empêcher toute activité illégale.

Les ventes illégales constituent une violation manifeste des règles des entreprises de technologie américaines pour les développeurs et les utilisateurs d’applications.

Cependant, la BBC a constaté que de nombreuses listes associées sont toujours actives sur Instagram et que d’autres applications sont disponibles via Apple et Google.

Marché aux esclaves

Neuf foyers sur 10 au Koweït ont un employé de maison – ils viennent des régions les plus pauvres du monde dans le Golfe, dans le but de gagner suffisamment d’argent pour faire vivre leur famille à la maison.

Se présentant comme un couple nouvellement arrivé au Koweït, l’équipe d’infiltration arabe de la BBC s’est adressée à 57 utilisateurs d’applications et a rendu visite à plus d’une douzaine de personnes qui essayaient de leur vendre leur travailleuse domestique via une application populaire appelée 4Sale.

Les vendeurs ont presque tous préconisé de confisquer les passeports des femmes, de les confiner à la maison, de leur refuser tout congé et de leur donner peu ou pas accès à un téléphone.

L’application 4Sale vous permettait de filtrer par race, avec des fourchettes de prix différentes clairement proposées, en fonction de la catégorie.

« Travailleur africain, propre et souriant », a déclaré une liste. Un autre: « Les Népalais qui osent demander un jour de congé ».

Lorsqu’ils ont parlé aux vendeurs, l’équipe d’infiltration a souvent entendu un langage raciste. « Les Indiens sont les plus sales », a déclaré l’un d’eux, décrivant une femme faisant l’objet d’une publicité.

Droits de l’homme violés

Les utilisateurs de l’application, qui agissaient comme les « propriétaires » de ces femmes, ont exhorté l’équipe à leur refuser d’autres droits fondamentaux, tels que leur accorder une « journée ou une minute ou une seconde ».

Un homme, un policier cherchant à décharger son travailleur, a déclaré: « Croyez-moi, elle est très gentille, elle rit et a un visage souriant. Même si vous la surveillez jusqu’à 5 heures du matin, elle ne se plaindra pas. »

Il a expliqué à l’équipe de la BBC comment les travailleuses domestiques étaient utilisées comme une marchandise.

« Vous trouverez une personne qui achète une femme de ménage 600 KD (2 000 dollars) et la revend contre 1 000 KD (3 300 dollars) », a-t-il déclaré.

Il a suggéré comment l’équipe de la BBC devrait la traiter: « Le passeport, ne le lui donne pas. Tu es son parrain. Pourquoi voudrais-tu lui donner son passeport? »

Dans un cas, l’équipe de la BBC s’est vu proposer une fille de 16 ans. Elle l’a appelée Fatou pour protéger son vrai nom.

Fatou avait fait l’objet d’un trafic en provenance de Guinée en Afrique de l’Ouest et avait été employée de maison au Koweït pendant six mois, lorsque la BBC l’a découverte. Les lois du Koweït stipulent que les travailleurs domestiques doivent avoir plus de 21 ans.

Son argumentaire de vente comprenait les faits selon lesquels elle n’avait pas accordé de congé à Fatou, son passeport et son téléphone avaient été confisqués et elle ne lui avait pas permis de sortir de chez elle, tous illégaux au Koweït.

Permission du sponsor

« C’est l’exemple par excellence de l’esclavage moderne », a déclaré Mme Bhoola. « Ici, nous voyons un enfant vendu et échangé comme un bien, comme un bien. »

Dans la plupart des régions du Golfe, les travailleurs domestiques sont introduits dans le pays par des agences puis officiellement enregistrés auprès du gouvernement.

Les employeurs potentiels paient une commission aux agences et deviennent le sponsor officiel du travailleur domestique.

En vertu de ce que l’on appelle le système de la Kafala, une employée de maison ne peut ni changer d’emploi, ni quitter son emploi, ni quitter le pays sans la permission de son parrain.

Légende de l’imageFatou (16 ans), originaire de Guinée, est filmée avec son vendeur à Kuwait City.

En 2015, le Koweït a adopté certaines des lois les plus diverses visant à protéger les travailleurs domestiques. Mais la loi n’était pas populaire avec tout le monde.

Des applications telles que 4Sale et Instagram permettent aux employeurs de vendre le parrainage de leurs employés de maison à d’autres employeurs, avec un bénéfice. Cela contourne les agences et crée un marché noir non réglementé qui laisse les femmes plus vulnérables aux abus et à l’exploitation.

Ce marché d’esclaves en ligne ne se produit pas uniquement au Koweït.

En Arabie saoudite, l’enquête a révélé que des centaines de femmes étaient vendues sur Haraj, une autre application de produits de base très populaire. Il y en avait des centaines d’autres sur Instagram, qui appartient à Facebook.