Fatou Jallow : « Yahya Jammeh ne voulait pas de sexe avec moi…Il voulait me faire mal »

Dans une audition retransmise en direct sur YouTube, l’ancienne reine de la beauté Fatou Jallow a expliqué comment l’ex-président de la Gambie, Yahya Jammeh, l’avait enfermée dans une pièce et violée.

Le témoignage de cette dame jeudi a conclu trois semaines d’audiences publiques consacrées à la violence sexuelle et sexiste sous la présidence de Jammeh, dans le cadre d’une enquête plus vaste menée par le gouvernement actuel sur les abus commis pendant son mandat.

«Yahya Jammeh ne voulait pas avoir de relations sexuelles avec moi ni de plaisir avec moi. Ce qu’il voulait faire, c’était me faire mal », a déclaré Jallow, expliquant qu’il l’avait violemment agressée après avoir refusé ses avances.

J’espère que cela déclenchera une conversation en Gambie sur les violences sexuelles et les abus commis sur les femmes et les filles.

La Fondation Thomson Reuters n’a pas été en mesure de vérifier le récit de Jallow ou celui d’une autre femme qui aurait témoigné avoir été violée par deux agents de sécurité en prison et une troisième qui aurait déclaré avoir été violée par le ministre de l’Intérieur de Jammeh.

Jammeh a fui en exil en Guinée équatoriale en 2017 après avoir perdu une élection mettant fin à ses 22 ans de règne sur le minuscule pays d’Afrique de l’Ouest – une période marquée par des meurtres, des actes de torture et des disparitions forcées.

La Commission Vérité, Réconciliation et Réparations ( TRRC ), une initiative de l’actuel président Adama Barrow, s’est ouverte en janvier dans le but d’enquêter sur les atrocités présumées perpétrées sous Jammeh et d’envisager des réparations pour les victimes.

Mais les nombreuses histoires poignantes de viol et d’abus sexuels cherchent également à briser le silence autour d’un problème qui persiste, si ce n’est à un niveau aussi élevé, ont déclaré des militants des droits de l’homme.

«Je sais que cela met les gens mal à l’aise. Mais il est normal d’être mal à l’aise en tant que société avant de changer les choses », a déclaré Jallow lors de son audition.

Selon les Nations Unies, une femme sur cinq en Gambie a été victime de violences physiques ou sexuelles de la part d’un partenaire intime, le viol n’étant souvent pas dénoncé parce que les femmes craignent les représailles ou la stigmatisation.

«J’espère que cela va déclencher une conversation en Gambie sur les violences sexuelles et les abus commis contre les femmes et les filles», a déclaré Reed Brody, une avocate travaillant pour Jallow et d’autres victimes.

Le TRRC , qui compte 11 membres et devrait siéger pendant deux ans, peut faire des renvois pénaux et de nombreuses victimes veulent voir Jammeh rentrer en Gambie pour y être jugé, en raison des violations sur lesquelles il a enquêté.

Cela semble toutefois peu probable compte tenu de l’accueil chaleureux qu’il a reçu du président de la Guinée équatoriale, Teodoro Obiang.

Selon Brody, trois femmes ont personnellement accusé Jammeh d’agression sexuelle ou de viol, dont une qui a choisi de faire une déclaration privée à la commission au lieu de la rendre publique.

Lorsqu’on leur a demandé pourquoi elles avaient témoigné, plusieurs femmes ont déclaré que c’était pour sensibiliser le public à l’agression sexuelle et encourager les autres victimes à se manifester.

«Ces hommes ne pensaient pas qu’un jour comme celui-ci arriverait», a déclaré une femme qui faisait partie des «filles du protocole» de Jammeh, des jeunes femmes embauchées pour travailler au service du protocole du palais présidentiel.

La femme, qui a témoigné anonymement, a déclaré que Jammeh avait traité les filles du protocole «comme sa propre propriété» et qu’elle avait été licenciée après avoir refusé ses avances.

«Je connais certaines personnes qui travaillent encore – elles sont toujours dans le système, elles sont toujours au gouvernement. En entendant cela, ils feront peut-être un peu plus attention à ce qu’ils font », a-t-elle déclaré.

L’un des défis a été d’impliquer les femmes des zones rurales qui sont peut-être moins éduquées, a déclaré Didier Gbery, responsable du programme du Centre international pour la justice transitionnelle ( ICTJ ) en Gambie.

Le groupe de défense basé aux Etats-Unis travaille avec des groupes de femmes dans toute la Gambie afin de recueillir davantage de témoignages pour le TRRC , a-t-il déclaré.

« C’est une occasion d’examiner notre société et d’essayer de faire ce changement », a déclaré Gbery.

REUTERS