Amadou Ba…l’homme à abattre des « successeurs » de Macky Sall

Guéguerre au sommet de l’Etat : Amadou Ba, victime d’attaques de toutes parts

En cette période, une bataille féroce se mène en sourdine au plus haut niveau de l’Etat pour qui va succéder le Président de la République à l’issue de son dernier mandat. Il est vrai que c’est parce que le Président de la République, Macky Sall, à l’issue de sa réélection en février 2019, a supprimé le poste de Premier ministre pour donner l’air qu’il n’a proclamé personne pour devenir son dauphin et qu’au sein de son parti, l’Alliance pour la République, il n’a pas désigné de numéro 2, d’aucuns ont peur de manifester leur ambition de s’aligner pour être son successeur à la tête de l’Etat. Le Président de la République, Macky Sall est allé plus loin en empêchant aux membres de son parti de discuter sur la question, est-ce qu’il doit se présenter lui-même à la prochaine élection présidentielle en 2024.

Ce qui n’empêche à certains de travailler dans l’ombre sur sa succession. C’est pourquoi, on assiste à des campagnes de lynchage médiatique à certaines personnalités de l’Etat à qui l’on trace le profil de présidentiable au sein de la mouvance présidentielle. Même si, parmi ces personnalités, il y en a qui n’ont jamais manifesté une telle ambition, car préférant pour l’heure être uniquement au service du Président de la République, et de travailler au succès de son programme pour le Sénégal.

Il ne se passe un seul jour, sans que le ministre des Affaires étrangères, M. Amadou Ba ne fasse la Une de certains journaux qui lui prêtent une ambition présidentielle. Pourquoi, un tel acharnement sur sa personne au point de le mettre en mal avec le Président de la République ? La présence d’Amadou Ba dans le gouvernement gênerait-il ? En tout cas, il faut dire qu’il a bon dos. Certaines informations parues dans la presse veulent qu’il soit en train de tenir des réunions secrètes entre Fouta et Dakar et qu’il trame quelque chose. Faut-il en rire ou en pleurer ? Quand on sait que le programme de l’ancien ministre de l’Economie, des Finances et du Plan qui s’occupe aujourd’hui du département des Affaires étrangères peut-être vérifié par tout le monde. Amadou Ba serait parti au Fouta pour y tenir des réunions secrètes, que cela serait su par tout le monde. Une seule chose est certaine, c’est qu’il n’a mis les pieds au Fouta depuis la dernière élection présidentielle. Ce n’est pas une leçon de morale, mais jouer aux mercenaires et mettre sa plume au service d’individus grands comploteurs contre la République, ne doit être le rôle de la presse.

La rédaction de Xibaaru