Assane Seck (LSDH) : « Notre point noir, au Sénégal, c’est le respect des droits des détenus… ».

Selon le défenseur des droits humains, qui animait la conférence des inspecteurs de l’administration Pénitentiaire portant sur le thème : « La prison, une institution utile », on doit bien réfléchir avant d’envoyer une personne en prison. « Au Sénégal nul n’est à l’abris de la prison. On a vu des ministres et même un fils de président être emprisonné.

Ce qui était inimaginable 20 ans en arrière. A Kolda nous avions visité des prisons qui n’ont même pas de toilettes encore moins de lumières. Les juges d’application des peines doivent séjourner en prison pour voir comment ça se passe. Cette vie est très difficile. Il y a des cellules de prison, je n’ose même pas y mettre mon mouton », se désole t-il.

Et d’ajouter : « C’est la justice qui a donné trop de pouvoirs au procureur. Les conditions d’envoi en prison sont très faciles. On doit diminuer les pouvoirs du procureur qui donne des mandats des dépôts selon ses humeurs.

Nous avons vu à Rebeuss des gens qui ont fait 7 ans de détention préventive. Il m’est aussi arrivé de voir une personne qui a été condamnée à 11 ans de prison. Et pourtant après son jugement, il a été libéré parce qu’il n’avait rien fait », a renseigné M. Seck.

Et de conclure : « Notre point noir, au Sénégal, c’est le respect des droits des détenus. Nos conditions de détentions sont malsaines ».