Attaque contre Souleymane Téliko : « L’IGAP agit sur commande » (Seybani Sougou)

Dans une contribution en date du 16 septembre 2020, nous précisions que la convocation orale du Président de l’Union des magistrats du Sénégal devant l’IGAP (inspection générale de l’administration de la justice) pour des propos tenus dans la presse est nulle et n’a aucune valeur juridique.

Sa convocation prévue initialement le mercredi 16 septembre 2020 a été reportée finalement au vendredi 18 septembre 2020 à 10 heures (aujourd’hui).

Le report est justement lié au fait qu’aucune convocation écrite n’avait été adressé au Président de l’UMS pour le mercredi 16 septembre 2020 (ils se sont bien gardés de signaler à la presse le motif du report). Il s’agit là d’une faute professionnelle d’une extrême gravité des inspecteurs de l’IGAP. Qu’un citoyen lamda ne puisse connaître la loi dans ses moindres méandres peut aisément se comprendre. Mais que l’IGAP en arrive à ignorer une règle élémentaire (une convocation doit être écrite) prouve à quel point certains magistrats peuvent être instrumentalisés par l’exécutif.

La preuve que l’IGAP agit sur commande du ministre de la justice, est apportée par la lettre de mission de l’incompétent Malick Sall n°000215/MJ/CAB/SP du 21 Août 2020, demandant la convocation du Président de l’UMS (Souleymane TELIKO). Tout se sait !

L’IGAP, rappelons-le, une bonne fois pour toutes, est une institution sous tutelle du ministre de la justice.

Cette convocation loufoque, ridicule (une atteinte extrêmement grave à l’indépendance de la justice et à la liberté pour les magistrats de prononcer sur le fonctionnement de la justice) va se dégonfler comme une baudruche. Contrairement aux idées reçues, l’IGAP n’a aucun pouvoir de sanction. Seul le Conseil Supérieur de la Magistrature réuni en formation disciplinaire est habilité à proposer des sanctions disciplinaires à l’encontre de magistrats.

Ce vendredi 18 septembre 2020 à 10 heures, la montagne accouchera d’une souris (la tentative d’intimidation du Président de l’UMS, Souleymane TELIKO ne passera pas).

En attaquant frontalement les magistrats (tentative de déstabilisation de l’union des magistrats du Sénégal), le régime liberticide de Macky Sall aggrave son cas.
Soutien total à l’UMS dans son combat pour l’indépendance de la justice.
En vous souhaitant un excellent week end.
Seybani SOUGOU