Bignona : Plusieurs difficultés mettent à genoux le village de Mangoulé

Le village de Mangoulé de la commune de Tenghori, département de Bignona n’a toujours pas gouté aux délices de la modernité et n’est pas encore à bord du train de l’émergence. Tout cela à cause de son enclavement chronique et l’absence d’eau et de courant. Se sentant oubliés et abandonnés à leur propre sort, les habitants de ce village qui a tout pour se développer élèvent la voix.

Malgré sa proximité avec la commune de Bignona, chef-lieu du département qui porte le même nom, le village de Mangoulé vit depuis toujours une situation inexplicable. Aucune route qui dessert cette localité n’est praticable surtout pendant la saison hivernale. Pour y accéder, il faut marcher, ou en moto et charrette. Les voitures qui s’aventurent à s’y rendre quand c’est inévitable se retrouvent toujours chez le mécanicien si elles arrivent à ressortir indemne.

Conséquence, le village s’enferme davantage sous le regard impuissant de ses habitants qui, de façon répétitive ont tenté de faire entendre sans succès. Ne voulant pas céder à la fatalité, ils tentent de trouver des alternatives en vain. Ils utilisent des sacs à sable pour se créer des passages à certains endroits pour permettre aux habitants d’un quartier ou d’une localité environnante de pouvoir aller au poste de santé ou la grande mosquée du village.

A l’enclavement du village, il faut ajoutés d’autres difficultés et pas des moindres, pas d’eau courante, pas d’électricité, le collège du village est majoritairement construit par les villageois, le réseau téléphonique est par endroit encore un luxe. Toutes choses qui anéantissent tous les efforts des habitants pour sortir de la pauvreté chronique qui hante leur sommeil. L’économie locale est à genoux et les femmes sont obligées de faire des vas et vient presque chaque jour pour aller faire le linge à Bignona et gagner des miettes afin de pouvoir prendre en charge quelques besoin de la famille. Et pourtant, les braves femmes qui vivent dans ce village n’ont rien en tête que d’avoir le minimum de condition pour développer des activités et participer au développement du pays.

Il faut signaler les villages de Nialor, Oubème, Takème, Fot et Sandougou, administrativement reconnus comme tel, sont sur le plan social et historiquement des quartiers de Mangoulé et c’est cela la particularité de ce village aux potentiels énormes mais qui n’arrive pas à sortir la tête de l’eau à cause de toutes les difficultés mentionnées plus haut et les autorités ne font rien pour corriger ces manquements malgré les nombreux cris de détresse des populations qui se sentent oubliées.

L.BADIANE pour xibaaru.sn