Ultimate magazine theme for WordPress.

Biguine Gueye : « Que veut enfin Ousmane Sonko ? »

Le journaliste Mamadou Biguine Gueye (à droite) et l'opposant Ousmane Sonko (à gauche)
0

Constant l’accalmie née de la crise Casamançaise qui a duré au moins une trentaine d’années, Ousmane Sonko, assimilable à une poule mouillée, semble malheureux du succès du président de la République. En effet, tous les citoyens honnêtes de ce pays savent que l’actuel chef de l’État a géré de façon responsable et experte, le conflit en Casamance qui a coûté au Sénégal plusieurs pertes en vies humaines et des conséquent incommensurables.

Aujourd’hui qu’entre le gouvernement et le MFDC, l’on fume au grand bonheur du peuple le calumet de la paix, le rebelle, le vrai d’ailleurs, l’ex inspecteur des impôts radié pour indiscipline, se tire les cheveux. Il fait feu de tout bois, afin que cette partie de notre Nation continue de brûler. En mal d’inspiration et accablé par ses déboires avec Adji Sarr entre autres, il ne trouve rien d’autre pour couvrir ses nombreux forfaits, que de verser dans la manipulation pour continuer à s’éviter l’épée de la justice qui plane sur sa tête.

Cet homme doit être enfin compris par toutes celles et ceux qui le suivent. Il a perdu la bataille avant l’heure. Il verse dans des idées séparatistes et compte manipuler les valeureuses et vaillantes population de la Casamance, les incitant à la violence. Les poussant à la révolte. Leur faisant croire qu’elles ne sont pas partie intégrante du Sénégal. Ousmane Sonko souhaite la reprise des armes, la réactivation d’un conflit dont se sont déjà éloignés et les belligérants et le peuple de la Casamance et le peuple sénégalais souverain.

Cet individu est un danger pour la cohésion et la concorde nationales. L’actualité de nos jours, c’est la mise sur les rails du TER. Le premier train express d’Afrique occidentale. C’est l’imminent BRT compte non tenu des innombrables réalisations d’infrastructures à l’intérieur du pays. Des projets du PSE auxquels le président de la République a fini de donner corps à travers le PUDC, le Puma, le Pracas, Promovilles…

À défaut d’avoir la grandeur de saluer les succès du gouvernement sous l’ère Macky Sall, Sonko doit se taire par élégance. L’homme manque énormément de matière, d’arguments. Il est fourbe, il est faux, il est narcissique, il est suffisant mais il est surtout incapable de diriger un seul quartier Ziguinchor, à plus forte raison la commune de cette belle ville. À l’entendre dire qu’il prétend devenir président de la République, on a toujours l’impression d’avoir en face de soi l’un des comédiens que le Sénégal ait jamais connu. « Chassez le naturel, il revient au galop », dit l’adage.

Sonko demeure malheureusement un individu digne d’être nommé ambassadeur du Sénégal pour la comédie et les écarts. Il n’égalera pas Louis de Funès car ce dernier fut un artiste connu et respecté dans son art. Alors, que veut ce numéro de Sonko enfin ? Notre Ousmane n’est qu’un comédien en herbe. Malheureusement !

Mamadou Biguine GUEYE

Journaliste 

Consultant en Communication

laissez un commentaire