Ultimate magazine theme for WordPress.

Charte de la non-violence : Sonko donne sa position et clôt le débat

0

Ousmane Sonko en a fini avec le débat sur la charte de la non-violence. En conférence de presse, ce mercredi, le leader de Pastef a clarifié sa position avant de préciser qu’il n’en parlera plus. Car, selon lui, c’est de la distraction.

« Nous avions pris une posture sur la Charte de la non-violence proposée par certains acteurs. Je voudrais préciser d’abord que je ne parle pas au nom de la coalition Yewwi Askan Wi. Mais j’ai parlé en mon nom personnel et au nom de mon parti Pastef car je suis bien placé pour parler en son nom. J’ai parlé comme je devais parler et comme nous l’aurions souhaité. Car ça a suscité un débat national. Je voudrais préciser que mon propos ne s’adresse pas aux militants qui ont déjà leur appartenance encore moins à ceux qui pensent tout maîtriser. Mon propos s’adresse au peuple. Au peuple qui est averti et ce malgré toutes les tentatives de manipulation », déclare Sonko.

Avant de poursuivre : « Mon intention n’était pas d’insulter ni de faire mal. Le Sénégal est un pays où il est très difficile de dire la vérité car même si on dit la vérité les gens dirons qu’on les a insultés. Ce qui doit s’arrêter »

Par ailleurs, le leader du Pastef qui se félicite de l’initiative du cadre unitaire de l’Islam au Sénégal pour pacifier l’espace politique, reste sceptique quant à la signature d’une telle charte. « Je respecte beaucoup ceux qui ont pris l’initiative, car en Mars 2021, ils étaient venus me voir chez moi. Et je leur avais demandé clairement que si le président est fautif, seront-ils en mesure de lui notifier cela. Et jusque-là je n’ai pas eu de réponse par rapport à mes questions, mes préoccupations », dit-il.

Sonko de rembobiner : « Ce que je demande au comité c’est de me dire ce qu’il a fait depuis les événements de Mars. Parce j’ai été victime d’attaque à Ziguinchor, on a aussi vu les président Macky Sall mettre en garde l’opposition et jusqu’à présent nous n’avons pas entendu sa réaction. Il nous propose une charte. Mais nous leur disons qu’il y a déjà une charte. Nous avions écrit un mémorandum après les événements de Mars, qu’ils avaient promis donner au Khalife général des Mourides et on nous avait dit que ce mémorandum sera transmis au président de la République via le Khalife général des Mourides. Mais nous demandons où est ce mémorandum, toujours ce mémorandum ? », s’interroge Ousmane Sonko.

laissez un commentaire