Cheikh Yérim Seck met le feu à l’APR

Successeurs désignés du Chef de l’Etat Macky Sall : Tension en vue à l’APR après les révélations de Cheikh Yérim Seck

Cheikh Yérim Seck revendique le statut de figurer dans le cercle des conseillers dans l’ombre du Chef de l’Etat Macky Sall. Personne ne le lui conteste. A ce propos, la Présidence de la République n’a nullement sorti un communiqué pour infirmer ou confirmer ce statut dont il se pare. Cependant Cheikh Yérim Seck met le feu à l’Alliance pour la République (APR). En se parant de son statut, Cheikh Yérim Seck soutient que le Président Macky Sall garde dans un coin de sa tête de se faire remplacer, soit par Abdoulaye Daouda Diallo, par Mansour Faye, Cheikh Oumar Hanne ou Mohamadou Makhtar Cissé.

Que l’on ne s’y trompe guère. Le Chef de l’Etat a beau ordonner aux personnes de son entourage de se garder de parler sur son éventuel troisième mandat successif, rendu de toutes les façons impossibles par la Constitution, pour éviter la division au sein de son parti, la sortie de Cheikh Yérim Seck risque de faire désordre. Officiellement, Cheikh Yérim Seck n’est pas membre de l’APR. Rien que de revendiquer de figurer parmi les conseillers occultes du Président Macky Sall, sa déclaration va créer du bruit au sein de l’APR.

Hormis Mohamadou Makhtar Cissé qui garde un statut de présidentiable, tous ceux cités par Cheikh Yérim Seck ne se feront que laminer face à n’importe quel candidat de l’opposition. Même s’il s’appellerait un certain Ousmane Sonko.

C’est pourquoi Cheikh Yérim Seck met le feu à l’APR. Que de personnalités qui ont plus le profil de présidentiable dans ce parti que ceux cités par Cheikh Yérim Seck ? Dans la liste que Cheikh Yérim Seck révèle que le Chef de l’Etat garde dans un coin de sa tête, sont exclus Mme Aminata Touré, Mohammad Boune Abdallah Dionne, Amadou Ba…

Autant de personnalités qui figurent dans son parti, qui peuvent prétendre valablement à sa succession au point que le Chef de l’Etat, Macky Sall a lancé sa fatwa pour interdire à quiconque au sein de son parti d’évoquer la question de son troisième mandat ou non, au risque de créer une implosion. Il reste à craindre que tous ceux qui gardent le profil de présidentiable au sein de l’APR, mais qui ne sont cités par le conseiller occulte du Chef de l’Etat, se mettent tout de suite à contester le « Macky » et à se ranger dans la rébellion.

La rédaction de Xibaaru