Coronavirus : Faut-il suspendre le Dialogue national ainsi que le Conseil des ministres

L’état d’alerte du coronavirus atteint le niveau maximum sur le plan mondial. Le monde entier fait face à un adversaire invisible, l’un des plus pernicieux et dangereux de son histoire et qui menace son existence. Aucune mesure n’est de trop pour faire face au coronavirus. Il n’existe que des mesures préventives, mais vraiment poreuses pour le moment pour faire face à l’adversité. L’on a noté en Occident, des ministres, des épouses de Premier ministre (c’est le cas en Espagne et au Canada), des sportifs de haut niveau, avoir été testés positifs. Le coronavirus, dans sa propagation n’épargne aucune couche sociale à travers le monde. Un adversaire vraiment pernicieux.

Face au coronavirus, il n’existe pas de solution, sauf prendre le taureau par les cornes. On ne peut ménager la chèvre et le chou. Des mesures même les plus draconiennes doivent être prises.

L’Etat du Sénégal entreprend des mesures salutaires pour faire face à l’adversaire. Pour la première fois, il convient de saluer l’élan patriotique dont font montre le pouvoir et l’opposition qui tous deviennent conscients du danger. Xibaaru, en toute modestie a été le premier à interpeller toute l’opposition sénégalaise et à la mettre face à ses responsabilités. De même que Xibaaru peut se targuer de n’avoir jamais lâché Karim Wade, au point que depuis son exil du Qatar et le silence qu’il a toujours observé, il apporte son soutien au peuple sénégalais, et sa solidarité au gouvernement face à l’un des adversaires les plus dangereux que l’humanité affronte.

Xibaaru se fait encore son rôle d’attirer l’attention des pouvoirs publics qui eux également doivent donner l’exemple de toute interdiction de rassemblements. Il semble qu’ici dans nos colonnes, nous avions attiré l’attention pour réclamer que le Dialogue national soit suspendu à cause des risques de propagation du coronavirus. Face aux nombreux cas signalés à travers le Sénégal, il devient plus qu’urgent de suspendre la tenue du Dialogue national. L’alerte doit être au maximum. Le coronavirus, à travers les exemples dans le monde, ne lâche aucune couche sociale de la société. C’est pourquoi, il convient de s’interroger, si le Conseil des ministres dans son format actuel ne doit être suspendu ?

La rédaction de Xibaaru