Côte d’Ivoire : Issiaka Ouattara, alias Wattao, est mort

NÉCROLOGIE. L’ancien chef rebelle des Forces nouvelles, homme fort de Bouaké et proche de Guillaume Soro, est décédé le 5 janvier des suites d’une maladie à New York.

Réputé pour ses goûts bling-bling, Issiaka Ouattara était sans doute le plus connu des « com’zones » (commandants de zones) de la rébellion des Forces nouvelles.

La nouvelle ne pouvait pas tomber plus mal. Selon l’Agence ivoirienne de presse (AIP), le colonel major Issiaka Ouattara, plus connu sous le surnom de Wattao, ancien chef de corps de la garde républicaine ivoirienne et figure emblématique de l’ex-rébellion ivoirienne des Forces nouvelles (2002-2011), est décédé dans la nuit de dimanche à lundi aux États-Unis à l’âge de 53 ans. L’information a été confirmée par plusieurs sources, dont des proches. Il souffrait d’un diabète aigu détecté tardivement. Mais qui était ce chef militaire controversé bras droit de Guillaume Soro ?

Le plus célèbre des com’zones

Né en 1967 à Bouna, dans l’extrême nord-est de la Côte d’Ivoire, Issiaka Ouattara, du haut de son mètre quatre-vingt-dix, s’est fait connaître au grand public pendant la rébellion ivoirienne de 2002, dont il était l’un des piliers militaires aux côtés de celui qu’il appelait affectueusement « frère », Guillaume Soro. Pendant ce conflit, il était le commandant de zone, dit com’zone, de Bouaké, la deuxième ville ivoirienne et l’épicentre de cette rébellion des Forces nouvelles (FN).

Affublé de nombreux surnoms, « whisky », « Saha Bélé-Bélé » ( gros serpent, en malinké), Wattao avait un mode de vie qui en agaçait plus d’un. Après des études à l’école coranique, il entre à « l’école des Blancs », mais il s’arrêtera en cinquième car pressé de gagner sa vie. À 18 ans, il effectua son service militaire et débuta son parcours au sein d’un garage militaire d’Abidjan. Fantassin, puis soldat envoyé en Centrafrique, Wattao se fait remarquer à son retour lorsqu’il participe à une mutinerie pour réclamer les primes et arriérés de salaires non payés. Avec le décès du père de l’indépendance Houphouët-Boigny et la guerre de succession ouverte, les soldats se retrouvent ballottés. Après le coup d’État du général Robert Gueï, la tension est extrême et Wattao est arrêté et emprisonné durant deux mois au camp militaire d’Akouédo. C’est à cette époque qu’il rencontre Guillaume Soro, alors leader de la Fesci, un syndicat étudiant. Deux ans plus tard arrive au pouvoir Laurent Gbagbo, qui ne fait pas confiance aux hommes de Wattao. Ce dernier s’exile alors au Burkina Faso, d’où sera créée la rébellion. De retour à Bouaké, il y dirige le bataillon Anaconda, puis deviendra chef d’état-major adjoint des forces armées des Forces nouvelles. C’est de cette région qu’il mènera, en 2011, en pleine crise postélectorale, l’une des offensives sur Abidjan. Une image de Wattao a marqué les esprits. C’était le 11 avril 2011, le jour où Laurent Gbagbo est encerclé et bunkérisé à l’hôtel du Golf, c’est Issiaka Ouattara qu’on voit lui enfiler une chemise devant les caméras de la TCI, la télévision ivoirienne pro-Ouattara.

Carrière au sein de l’armée régulière

Les « com’zones » sont accusés de nombreux crimes durant les cinq mois de crise postélectorale de 2010-2011, qui fit plus de 3 000 morts dans le pays, à l’issue de laquelle Alassane Ouattara prit le pouvoir. Tous furent pourtant nommés par le nouveau régime à des postes clés et aucun n’a été inquiété par la justice, au grand dam de la société civile. Dans l’armée régulière, Wattao occupa d’abord le poste de commandant en second de la garde républicaine, chargé notamment d’assurer la sécurité du président de la République. De nombreux analystes ont vu dans cette nomination le bras de son « frère » Guillaume Soro, alors Premier ministre du président Alassane Outtara. Puis, en 2013, Issiaka Ouattara est nommé commandant adjoint du Centre de coordination des opérations décisionnelles (CCDO), une force mixte de près de 800 hommes chargée de sécuriser Abidjan. Un an plus tard, il est débarqué et envoyé à l’Académie royale militaire de Meknès, au Maroc. Beaucoup le croyaient alors fini, mis au placard, mais loin de là, Issaka Ouattara avait opéré un lent retour sur le devant de la scène et, malgré sa maladie, il avait été promu colonel major le 18 décembre dernier. Politique, artistes, anonymes, ils sont nombreux à lui rendre hommage. Très ému, le chef de l’État Alassane Ouattara a fait observer une minute de silence à l’occasion de la présentation des vœux aux forces de sécurité, au palais présidentiel ce 6 janvier. « Ce matin, j’ai eu son épouse. Malheureusement, toutes les dispositions prises par les médecins USA n’ont pas été suffisantes pour le préserver, donc vous pouvez imaginer ma tristesse, car Wattao était un jeune frère », a déclaré le président ivoirien, qui a lui-même affirmé que des obsèques officielles seront organisées en Côte d’Ivoire.