Covid-19 : Le DG de la Senelec et le ministre de la culture…2 ennemis de Macky

L’épisode du contrat entre la Senelec et Akilee est loin de connaitre son épilogue. En effet de nouveaux éléments sont venus éclairer la lanterne des sénégalais.

Dans une vidéo live sur Facebook (voir la vidéo en fin d’article), Un Sénégalais de la Diaspora du nom d’Assane Sylla est revenu plus en détails sur le fameux contrat polémique entre la Senelec et Akilee, qui selon lui sent un parfum de deal.

« Senelec qui faisait face à des problèmes de vol d’électricité et de non-paiement de facture a été approchée par Akilee qui lui a proposé des compteurs intelligents. Le montant de ce contrat était de 187 milliards sur 10 ans », renseigne Sylla.

Qui rajoute, « ce contrat qui était signé au temps de Mouhamadou Makhtar avec la présence de l’actuel directeur de la Senelec, porté sur deux millions Sept cent milles (2.700.000) compteurs ».

Pape Demba Bitèye une fois à la tête de la société nationale d’électricité a voulu renégocier le contrat en y associant une entreprise israélienne, Powercom. Mais ce qu’Assane Sylla ne peut pas comprendre c’est pourquoi ce changement soudain.

« Les 45000 compteurs proposés par Akilee sont beaucoup plus avantageux car ceux de Powercom sont plus cher d’un milliard et le transfert de compétence ne sont prêtés au Sénégal que pour une durée de 3 mois. Alors pourquoi vouloir coute que coute signé ce soit disant contrat », s’interroge-t-il.

Des musiciens veulent leur part des 1000 milliards…

La tournée du ministre de la culture chez les artistes de renom n’est pas goût d’Assane Sylla qui parle de honte. C’est le ministre Abdoulaye Diop qui incite ces artistes riches à courir derrière cette manne financière. Et selon Assane Sylla

« Ces grands musiciens qui se disent des patriotes ne devraient même pas se plaindre en cette période. Car aucun d’entre eux n’a subi de perte, ils veulent tous avoir leur part dans les cotisations faites par ces centaines de bonne volonté », lance-t-il sèchement.

Il a par ailleurs taclé certains rappeurs, à l’instar de Y’en A Marre, qui selon lui passe leur temps à déstabiliser le Pays, mais quand il s’agit d’argent, ils rangent leurs armes.

Si le couvre-feu n’est pas levé, c’est la famine qui guette le Sénégal

La gestion du covid-19 ne fait pas l’unanimité au Sénégal. Assane Sylla estime que le couvre-feu devrait lever mais aussi que l’Etat devrait changer de stratégie car les cas ne font qu’augmenter au Sénégal.

« Le Pr Seydi a déclaré qu’aucun cas de décès n’a été noté chez les patients traités avec l’hydroxychloriquine et l’azithromicine.

Donc on devrait laisser les sénégalais aller travailler en imposant le port du masque et en leur donnant le Covid Organic. Sinon ce pays va droit vers une famine. », alerte-t-il.

Touba a utilisé la bonne méthode de prière

Toutes les mosquées du pays devraient être rouvertes, c’est du moins l’avis d’Assane Sylla.

« Les mosquées devraient être rouvertes car les rites faites avant la prière sont semblables aux gestes barrières et Touba a montré la voie.

C’est faux de prétendre que les mosquées contaminent plus que les bus ou marchés », déclare Sylla.

Qui fulminent sa colère face aux deux poids, deux mesures qui sont notés dans ce pays.

« Si les mosquées de Médina Gounass sont ouvertes aucunes mosquées ne devrait être fermées et aucun imam ne devrait être arrêtées », lance-t-il avec colère.

Abordant le problème des maques, Assane estime que ceux qui sont fait en tissu par nos tailleurs est une excellente idée qu’il faut féliciter.

Aliou Ngom (Stagiaire) pour xibaaru