Distribution des vivres : l’urgence a ses exigences…Par Nasire Ndome

Nasire Ndome, membre de la Cojer Nationale

Au moment où l’urgence humanitaire devient une nécessité dans notre pays, le Sénégal, à cause  de la pandémie covid 19 qui frappe de plein fouet l’économie et la santé publique de notre République, des personnes sèment le désordre.

En effet, le covid 19 a mis en arrêt toute les activités économiques du pays. Les travailleurs sont frappés par la pandémie. Les entreprises baissent leur production, le commerce des villes et campagnes est en berne. Les goorgorlous sénégalais à la recherche de leur pitance quotidienne, au jour le jour, attendent impatiemment   les aides d’urgence et les accompagnements pour faire face à la précarité. 

Le président Idrissa Seck n’avait -t-il  pas raison de dire lors de son audience au palais de la République avec le président SALL que : L’eau qui est destinée à éteindre le feu n’a pas besoin d’être filtrée

 L’achat et le transport des aides alimentaires nécessitent une rapidité et diligence dans la distribution afin que l’aide arrive à temps dans les ménages vulnérables. L’objectif principal est d’acheminer les produits aux bénéficiaires  par tous les moyens possibles. Par contre, la surmédiatisation de l’octroi du marché du riz me parait une diversion de mauvais gout. 

Le moment où nous sommes, l’objectif est d’avoir la quantité voulue et demandée en qualité  sous la supervision de l’armp et l’armée.

En raison de l’urgence ,le Président de la République a voulu que toutes les acquisitions de produits et services destinés à la lutte contre le Covid-19 se fassent de manière diligente en tenant compte de l’urgence et de la nécessité impérieuse de boucler les opérations dans les délais conformément au  décret 2020-781 du 18 mars 2020 portant dérogation au code des marchés publics. 

A cet effet, Le ministre Développement communautaire et de l’Équité sociale et territoriale Monsieur Mansour FAYE a mis toutes les dispositions nécessaires et mécanisme d’urgence recommandés pour l’effectivité des opérations. L’appel des candidatures a été transparent et l’octroi conforme aux conditions établies. L’attribution du marché a été faite dans  les règles de l’art. Les entreprises retenues à savoir Comptoir commercial Mandiaye Ndiaye pour 30.000 tonnes, Bambouck pour 5000 tonnes, Bambouck pour 5000 tonnes, Avanti SUARL et Afri and Co pour 65.000 tonnes, ont présenté les offres conformes aux conditions du marché jugées les moins- disants.  

Pour quoi le Libanais importateur de riz subit des attaques et à quelle fin ? 

L’attribution de Rayan Hachem de deux marchés pour 17 milliards de F Cfa pour le transfert du riz à travers ses sociétés : Avanti Suarl (9,625 milliards de F Cfa) et Afri And CO (8,250 milliards de F Cfa), dans le cadre de la lutte contre le Covid-19 suscite de polémique inutile   

Le Libanais, Rayan Hachem, est un importateur de riz avec des entreprises de droit sénégalais  qui fait un chiffre d’affaires de 180 milliards même si il est plus connu dans la restauration à travers sa structure PLANET KEBAB. Et  par rapport au covid 19, sa proposition a atteint 65.000 tonnes. Actuellement, il est entrain d’acheminer les produits dans les régions souhaitées.  Dans le passée, il a eu a importé en 2016 : 40 milles tonnes, en 2018 ; 80 milles tonnes, et 120 tonnes en 2019 et en 2020 50 milles tonnes. 

J’aurais du mal qu’on nous dit que tel soumissionnaire a été recalé. Tous les candidats sont acceptés.

La logistique humanitaire sur les rails 

Par rapport au transport des aides alimentaires, l’appel à candidature a été lancé suivant les procédures. En effet, Seuls les soumissionnaires ont été retenus 

 Par ailleurs, la proposition du groupement des gros porteurs est à saluer à sa juste valeur, néanmoins, l’appel à candidature était nécessaire. En effet, pour l’acheminement de 140.000 tonnes il est nécessaire d’avoir 600 camions. Il est établi que  les 100 camions proposés par les gros porteurs ne peuvent en aucun cas faire le travail correctement au moment où l’urgence se sent partout au niveau des populations surtout dans le monde rural. 

A mon humble avis, vouloir accuser le ministre Mansour FAYE de nébuleuse est une tentative de provocation et de d’accusation infondées et absurdes. Notre posture d’aujourd’hui recommande d’accompagner l’État et le gouvernement à lutter efficacement contre le COVID 19. 

NASIRE NDOME