Eradication des faux médicaments: le SAMES rencontre le Khalife Général des Mourides

Le Syndicat autonome des médecins, pharmaciens et chirurgiens-dentistes du Sénégal (Sames) poursuit son combat pour l’éradication des faux médicaments. C’est tout le sens de sa rencontre avec le Khalife général des mourides. Une rencontre au cours de laquelle, le Sames  a lancé un appel solennel à l’ensemble des chefs religieux pour leur demander de participer à l’effort de sensibilisation de la population sur la consommation des faux médicaments. Mais aussi le respect des programmes de santé publique comme la vaccination, les consultations prénatales, la lutte contre le paludisme qui permet de prévenir les maladies des enfants, des femmes enceintes et de la population en générale renseigne Walfnet.

Selon le communiqué du syndicat, Serigne Mountakha Bassirou Mbacké a rassuré en déclarant que les populations faisaient beaucoup de choses qui pouvaient nuire à leur santé à cause de l’ignorance. Il a été rappelé que le médicament n’est pas un produit banal, malgré la convoitise dont il fait l’objet par les réseaux mafieux encouragés par la faiblesse des peines encourues et l’importance des gains. Il doit rester une affaire exclusive des pharmaciens qui en assurent la qualité depuis son élaboration jusqu’à son utilisation par les populations.

Le Sames a profité de cette occasion pour dénoncer l’attitude de défiance de certains maires de Dakar et de l’agence de la Couverture maladie universelle (Cmu) qui refusent de payer aux ayants droit l’Indemnité de représentation médicale (Irm) depuis un an. Ce, malgré la publication du décret suivi d’une note de rappel adressée aux gouverneurs par le secrétaire général du ministère de l’Intérieur.

Le Sames fustige également le maintien des médecins dans des contrats précaires au fin fond du Sénégal et le recrutement à leur place de jeunes nouvellement diplômés. Dr Amadou Yéry Camara et ses collègues ont constaté le recul au ministère de la Santé en matière de gestion démocratique du personnel par les affectations arbitraires et la signature de contrats spéciaux répétitifs à des agents à la retraite ainsi que l’envahissement des directions du ministère de la Santé par du personnel politique inutile. «On note des ruptures récurrentes de produits anesthésiques, de diazépam (Valium), de sérum antitétanique et de beaucoup d’autres médicaments d’importance vitale. Le Sames constate également pour le regretter que les directeurs d’Agence, d’Etablissements publics de santé et des ministres s’empêtrent dans des dénégations poussives sur le montant de cette dette de la Cmu et sur la réalité des ruptures au lieu de regarder la vérité en face et proposer des solutions pour mobiliser des ressources suffisantes. Ainsi, le Sames a déposé sa plateforme revendicative et son préavis de grève et se tient prêt à reprendre le combat dont l’Etat sera le seul responsable des conséquences», martèle-t-il.