Ultimate magazine theme for WordPress.

Finance Islamique : une meilleure inclusion financière, économique, sociale, éthique.

0

Base de référence : “Ceux qui mangent [pratiquent] de l’intérêt usuraire ne se tiennent (au jour du Jugement dernier) que comme se tient celui que le toucher de Satan a bouleversé. Cela, parce qu’ils disent: « Le commerce est tout à fait comme l’intérêt. » Alors qu’Allah a rendu licite le commerce, et illicite l’intérêt. Celui, donc, qui cesse dès que lui est venue une exhortation de son Seigneur, peut conserver ce qu’il a acquis auparavant; et son affaire dépend d’Allah. Mais quiconque récidive… alors les voilà, les gens du Feu ! Ils y demeureront éternellement”. Extrait du Saint Coran Sourate 2 Verset 275.

Mise à niveau: A date, le financement pour une meilleure inclusion financière, économique, sociale, éthique est le thème de l’ordre du jour retenu du haut des tribunes internationales dressées pour la circonstance. 

Le financement de cet objectif est au centre des débats circonscrivant les questions et réponse auxquelles s’adresse le financement international du développement durable inclusif. Les méthodes du passé sont décriées parce que non efficientes. Les pratiques font l’objet de constat désastreux; les résultats soumis à de critiques acerbes et bien justifiées. Au sein des organismes de finance international de développement, une autre attitude voire approche est soutenue par une Ecole de pensée financière de style nouveau commence à se dessiner. Il n’est plus question de reconduire les fautes du passé par le même système désuet malgré les mesures d’ajustements sociaux préconisées. 

Appréciation de la finance islamique: La finance islamique est définie par une méthodologie financière éthique, se basant sur les piliers de l’Islam essentiellement de la Charia islamique et qui règle la vie financière des Musulmans et Musulmanes en utilisant ses règles. 

Depuis plus de deux décennies, l’industrie de la finance islamique qui fonctionne selon la loi islamique (charia) a connu une croissance exponentielle en termes d’actifs et de pénétration de marchés. Selon le Rapport de ‘’l’Islamic Financial Service Board’’ « IFSB »  sur le développement de la finance islamique en 2019, les actifs de l’industrie conforme à la charia sont passés de 2,4 billions de dollars en 2017 à 2,5 billions de dollars en 2018, soit une hausse de 3 %. Les statistiques récentes font ressortir que le volume des transactions de la finance islamique au niveau Internationale se chiffre à plus de 4000 milliards de dollars avec  un taux de progression de 15 à 25 % par an. Cependant la part de l’Afrique de l’Ouest dans ce marchéne dépasse pas 5 %; selonSource appropriée ».

Argumentaire: La Finance Islamique interdit la pratique de l’intérêt ou l’usure et s’appuie sur le contrat. Elle est un outil d’identification-de canalisation, de drainage et d’affectation de ressources financières, non génératrices d’endettement; mais porteuses de développement durable.

La doctrine de la finance islamique gagne du terrain par des voix autorisées dans ce cercle restreint de la finance internationale. Elle y pèse lourd avec des visées, autre que la recherche du profit immédiate par l’usage de taux d’intérêt et le favoritisme d’une certaine classe; peu consciente des méfaits de la pauvreté, avec son lot de désolation et d’exclusion sociale économique. Le bien être commun constitue leur engagement irréversible  par un financement cernant le bon devenir de l’humanité. Laquelle pratique d’intermédiation financière équitable est aux antipodes de la finance classique. Le concept est à plus d’un titre un mécanisme financier d’équité.                                   

Fondement: La philosophie véhiculée  est une  voie divine dans sa pratique. Elle enveloppe, une option irréversible pour une gestion des ressources financières. Le mode d’affectation ne crée ni des inégalités. Non plus n’ouvre des chapitres de désolation et/ou d’heurt social. Mieux encore, elle n’engendre pas  d’externalités négatives pour les parties prenantes tant au niveau de l’offre que de la demande. La rectitude et la discipline financière, la bonne gouvernance y trouvent un terrain d’application psychologique sans commune mesure. 

Teneur et/ou Portée: La croyance fondamentale en islam est que les fonds appartiennent à Dieu et nous n’en sommes que les agents fiduciaires. Nous devons les protéger et les consacrer à notre salut. Nous ne sommes que des intermédiaires dans l’accomplissement de l’action de Dieu.  La pratique de la finance islamique s’inscrit dans cet ordre de pensée musulmane qui consiste de nos jours  à revitaliser  la niche de la finance islamique. 

Ce mode de financement en question est à visage humain. Le cachet symbolique est  inscrit aux antipodes de la finance classique. Le pivot tourne, autour d’ un mécanisme financier d’équité. La finance islamique est une voie divine pour ce qui est une application équitable d’allocation et de distribution des resources financières islamiques. 

La fintech islamique: La technologie financière (Fintech) est utilisée pour décrire les nouvelles technologies qui cherchent à améliorer et à automatiser la prestation et l’utilisation des services financiers. À la base, les technologies financières sont utilisées pour aider les entreprises, les propriétaires d’entreprise et les consommateurs à mieux gérer leurs opérations financières, leurs processus et leur vie en utilisant des logiciels et des algorithmes spécialisés qui sont utilisés sur les ordinateurs et, de plus en plus, les smartphones. La fintech, le mot, est une combinaison de « technologie financière ». L’adoption de la finance islamique par le biais des fintechs a une grande chance de toucher les masses, en particulier la population rurale qui a moins accès aux produits et services financiers. Le marché des fintechs islamiques en est encore à ses prémices mais recèle de nombreuses opportunités de croissance. L’émergence de plusieurs banques islamiques digitales est également en train de réorganiser le secteur en étendant la portée de la finance islamique en Afrique.

Les perspectives dans le développement économique et social : L’industrie de la finance islamique fait preuve d’une impressionnante croissance avec un taux de croissance stable de plus de quinze pour cent avec une valeur globale importante à plusieurs chiffres. Bien qu’encore à ses prémices, le marché des fintechs islamiques présente de nombreuses opportunités à saisir. Basées sur les principes de la charia, loin des questions de taux d’intérêt, d’usure et de spéculation, les fintechs islamiques offrent des opportunités intéressantes pour offrir une meilleure stabilité financière et le bien-être social des populations, malgré de nombreux obstacles liés à la réglementation, la connaissance et l’adoption. L’ensemble des problématiques de la finance islamique peut être résolus pour une meilleure inclusion financière, économique.

Option: Les 17 Objectifs de Développement Durable prônés par les Nations Unies constituent un terreau d’application fertile et pratique pour la finance islamique. Il y est question de lutte contre la pauvreté et l’exclusion financière des couches vulnérables. Les experts et doctes en la matière, suite à une série d’étude couvrant le thème  ont retenu et conclu sans ambages que : « La manière transparente et inclusive d’affectation des ressources financières islamiques conjugue par essence dans son application, la teneur ; le doigté managérial; la portée de toute la définition de l’éthique voire de l’équité.

Perspective:  Dans cette lancée, repositionner la finance islamique est une forme financière de lutter contre la pauvreté. Il est tout à fait ingénieux à travers un véhicule financier islamique adapté au marché, d’adjoindre des actifs financiers respectant la charia. Partant, promouvoir un volet capital de la finance islamique sur un marché  international de la finance, porteur de revalorisation des ressources financières à des fins humanitaires. Dans cette option islamique, confectionner sur mesure des actifs financiers à haute valeur ajoutée islamique est à l’ordre du jour. Engendrer de nouvelles voies et entrevoir les moyens de financement de solidarité, fondés sur des financements innovants en la matière ; constitue une réponse claire qui cerne les questions  et réponses auxquelles s’adressent les besoins financiers du millénaire. 

Directive: L’intermédiation financière hors des circuits classiques, le renforcement des capacités financières pour ce qui est de drainer, canaliser, domicilier, affecter les ressources financières non génératrices d’endettement est la formule à retenir. Dans cette vision financière de solidarité, les ressources financières appropriées devraient s’annoncer comme un levier qui soulève entre autre, l’élimination de toute entrave s’interposant à l’accès desdites ressources islamiques, à des fins de financement, pour des  projets à haute valeur ajoutée humaine. Il s’agit donc de bâtir et de confectionner des instruments épousant la nouvelle donne financière  islamique: La solidarité et la volonté financière en appui à la promotion de la finance en Afrique. Les instruments motivants, adoptés et acceptés par les parties prenantes devront être façonnés et taillés sur mesure pour justement mener une intermédiation financière adéquate, à visage humain, porteuse de développement durable et inclusif au profil de l’humanité.                                                              

Serigne Saliou FALL. Bachelor. Msc. Investing and Money Management diploma. Credit Management Diploma « CDM ».Expert finance -Consultant. Ancien Fondé de Pouvoir Principal de Banque islamique international.Administrateur Délégué Afrique du Programme:2021 / YEAR OF DIGITAL PROMOTION OF ISLAMIC FINANCE AT WORLD LEVEL “2021 / DP / IFW”.      

Laisser un commentaire