Ultimate magazine theme for WordPress.

Guy Marius Sagna…ses souteneurs, son argent, son combat

0

Guy Marius Sagna…le perturbateur qui défie la République

Son nom n’est plus méconnu des sénégalais. Guy Marius Sagna (GMS) est dans tous les combats. Il ne se passe pas un seul jour sans que l’enfant d’Etomé (village de Basse-Casamance) fasse parler de lui. Son personnage incarne de plus en plus la contestation des citoyens du mal-vivre et des mal-lotis. L’activiste panafricaniste et anti-impérialiste est présent dans toutes les luttes contre le « néocolonialisme » au Sénégal. « GMS » est l’élément perturbateur qui fait les choux gras de la presse. Mais une question se pose qui est réellement derrière le leader de FRAPP-France Dégage qui défie la République ? Qui le soutient ? D’où tire-t-il son argent ?

Depuis ces deux derniers jours le leader du FRAPP FRAPP (Front pour une révolution anti-impérialiste populaire et panafricaine), est sous le feu des projecteurs. En mission « commando » à Nianing, village situé dans le département de Mbour, Guy Marius a passé un sale quart d’heure entre les mains des jeunes de la localité. L’activiste et ses camarades ont été attaqués par les jeunes de la localité, supposés être des proches du maire Maguette Sène, qui ne voulaient pas que leur réunion se tienne. Des accusations battues en touche par le maire par ailleurs directeur général du centre des œuvres universitaires de Dakar (COUD).

Des manifestations, Guy Marius Sagna en a de nombreuses à son actif. Ce travailleur social reconverti en activiste anti-impérialiste est le chouchou des médias sénégalais. Toutes les manifestations du leader de FRAPP-France Dégage sont couvertes par la presse. Ses moindres sorties sont guettées par les journalistes qui en font un véritable sujet de discussion.

Eternel Perturbateur

Ancien coordonnateur du mouvement M23 dans la région de Tambacounda, « GMS » résume son combat à la délivrance des sénégalais de la domination coloniale. L’accaparement de l’économie de notre pays par les entreprises étrangères agace le leader du FRAPP qui lance son vaste mouvement de lutte contre l’impérialisme. Un combat qui s’attaque pour la plupart aux enseignes françaises. Ces appels ne tombent pas dans l’oreille d’un sourd. L’on se rappelle que durant les évènements de mars derniers, tout ce qui représentait la France a été détruit.

Considéré comme un « héros » par certains jeunes, Guy Marius Sagna reste un éternel perturbateur. Les sorties de « GMS » sont catastrophiques. Le natif d’Etomé met toujours du sable dans les plats du Gouvernements. L’on se rappelle ses propos « outrageux » après le décès de Ousmane Tanor Dieng. Sur sa page Facebook, il avait déclaré que « c’est une honte pour un homme d’Etat sénégalais que d’aller mourir dans un hôpital de chez l’ancien colonisateur ». Une déclaration qui avait heurtée la sensibilité de beaucoup de sénégalais.

L’homme qui défie la République

Ou alors ce jour où Guy Marius Sagna a heurté toute la République devant les grilles du Palais. Il a osé faire ce qu’une personne n’a jamais osé faire, s’agripper aux grilles de ce lieu emblématique de la République sénégalaise. Du véritable banditisme de la part de « GMS » qui a osé défier les forces de sécurité. Cette prouesse qu’il avait réussie était tout simplement une honte pour toute la nation qui n’a pas demandé un tel affront.

La question que tout le monde se pose est de savoir qui est derrière Guy Marius Sagna pour qu’il ose défier toute la République. Voilà, un homme qui passe tout son temps à s’attaquer à nos institutions, mais qui, dès qu’il est envoyé en prison pour un tel délit, grâce à la complicité d’organisations de la société civile, se met dans la peau de la victime. « GMS » est un chômeur qui vit comme un salarié une chose que beaucoup de sénégalais n’arrivent pas à expliquer.

Fait-il partie des forces obscures ? L’avenir nous édifiera. Mais d’ici là, Guy Marius Sagna doit apprendre à respecter les institutions de la République. Notre beau Sénégal doit être bâti sur le civisme (respect des symboles de la République) mais aussi sur la stabilité des institutions. Que le leader du FRAPP se le tienne pour dit « activisme ne veut pas dire humiliation de la République ou affaiblissement de l’autorité de l’état».

Aliou Niakaar Ngom pour Xibaaru

Laisser un commentaire